Le groupe s’habitue aux pics de consommation électrique avoisinant les 11 000 MW, Sonelgaz “se déleste“ des coupures de courant

Liberte; le Samedi 4 Juillet 2015
111318

Le groupe Sonelgaz semble être de mieux en mieux préparé pour faire face aux pics de consommation d’électricité très fréquents en ces périodes de fortes chaleurs. En dépit des températures trop élevées dépassant les 40°C, la société n’a pas recouru aux délestages, moyen utilisé pour satisfaire la demande électrique importante en climatisation et en éclairage exprimée à la même heure par la majorité des Algériens. Il a frôlé les 10 000 mégawatts (MW) l’été dernier aux environs de 20h30. Une saison estivale sans coupures d’électricité, tel est l’objectif que promet d’atteindre Sonelgaz, encore une fois, pour l’année en cours. Le pic de la consommation qui a atteint 10 400 MW a été satisfait en 2013. Mieux, le groupe peut non seulement répondre à un besoin exprimé de l’ordre de 11 300 MW en temps normal, mais aussi à une demande évaluée à 12 300 MW en situation exceptionnelle pendant un été caniculaire. Pour cela, toutes les filiales sont mobilisées.
L’entreprise publique affirme avoir consacré une enveloppe de 450 milliards de dinars pour s’équiper et renforcer ses capacités de distribution de l’électricité. En termes plus clairs, la demande en électricité des clients dépasse de 400 MW la puissance maximale appelée l’été dernier. Ce qui équivaut à une puissance installée d’une centrale électrique comme celle du Hamma. Les entreprises relevant de la société holding Sonelgaz comptent, pour les cinq prochaines années, doubler la capacité de production. Ainsi, Sonelgaz passera d’une production de 12 000 MW actuellement à près de 27 000 MW en 2017-2018. Le montant global des investissements de production prévus sur la période 2014-2017 est d’environ 600 milliards de dinars, soit près de 6 milliards d’euros. Sonelgaz prend en compte dans sa politique le fait que le développement social, économique et industriel d’un pays passe impérativement par une croissance continue du secteur de l’énergie. Une réalité confirmée par une demande annuelle en énergie électrique sans cesse croissante, avec un taux dépassant souvent les 6% en Algérie. D’où le lancement de l’ambitieux projet de doublement des capacités existantes de production et de transport d’électricité en l’espace de seulement cinq années. L’on peut citer le projet pilote d’énergie solaire de Ghardaïa afin de connaître les potentialités du pays dans la production photovoltaïque. Un autre projet, en phase d’exploitation à Adrar, concernera l’énergie éolienne. Quant à l’usine de fabrication de modules photovoltaïques de Rouiba, il sera finalement réalisé en partenariat avec d’autres opérateurs d’ici à 2017.
Le P-DG de Sonelgaz dénombre en tout une vingtaine de projets dans les régions du Sud et des Hauts-Plateaux pour une production totale
350 MW. Rien que pour l’année 2014, l’entreprise, à elle-seule, a consommé plus de 27 milliards de mètres cubes de gaz. “Nos perspectives dans ces énergies renouvelables sont inscrites pour le long terme, c'est-à-dire à l’horizon 2030, car la consommation à cette échéance atteindra 100 milliards de mètres cubes”, souligne le P-DG qui se demande si une telle demande pourrait être satisfaite par le biais des énergies classiques. Ce qui n’est point possible vraisemblablement. La capacité de production électrique a été renforcée, il y a deux ans, de plus de 2 000 MW dont 480 MW en turbines à gaz mobiles. “Nous avons, en outre, installé une puissance de transformation de près de 4 000 MVA et réalisé et mis en service environ 9 000 postes de distribution répartis sur l’ensemble du territoire national”, a indiqué le
P-DG de Sonelgaz.

B. K.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Badreddine KHRIS

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..