Le ministre des Transports hier à Tlemcen, 14 opérations pour moderniser l’aéroport Messali

Liberte; le Mardi 7 Juillet 2015
111354

Ces opérations coûteront 136 milliards de centimes et serviront, assure-t-on, à hisser l’aéroport aux normes internationales.
Le ministre des Transports, Boudjema Talaï, s’est rendu hier à Tlemcen pour une brève visite de travail au cours de laquelle il a observé une halte à l’aéroport international Messali-Hadj et à la gare maritime de Ghazaouet avant d’inspecter les travaux d’avancement du projet ferroviaire LGV devant relier Oued Tlélat (Oran) à la frontière algéro-marocaine via Tlemcen. La nouvelle aérogare de l’aéroport dont les travaux ont duré trois ans, couvrant une superficie de 10 745 m2, a coûté une enveloppe de 17 millions d’euros. Elle a été inaugurée le 15 avril 2011 par le président de la République le jour de l’ouverture de la manifestation “Tlemcen, capitale de la culture islamique”. L’infrastructure, réalisée selon le style arabo-hispano-mauresque, est dotée d’une grande salle d’accueil, d’une zone sous-douane et de fret, d’un salon d’honneur avec une suite présidentielle, d’un restaurant et de plusieurs boutiques. Avec une capacité d’accueil d’environ 900 000 voyageurs/an, l’aéroport assure les dessertes vers l’Europe et principalement vers des villes françaises comme Marseille, Paris et Lyon. Les tentatives d’ouvrir une liaison directe avec le Maroc et la Tunisie ont jusque-là échoué. Une délégation formée de membres de la commission des affaires extérieures, de la coopération et de l’émigration de l’APN dirigée par son président, s’était enquis, il y a quelques jours, à l’aéroport de Tlemcen, des conditions d’accueil de la communauté algérienne résidant à l’étranger et avait conclu que les nouveaux équipements mis en place militent pour une amélioration du traitement des voyageurs ayant opté pour le retour au pays à l’occasion du Ramadhan et de la saison estivale. Le ministre, qui a visité les différents pavillons et s’est entretenu avec le personnel au sol, a insisté auprès des gestionnaires de l’établissement aéroportuaire afin de garantir les meilleures conditions d’accueil des touristes et faciliter leur passage selon les standards internationaux tout en veillant à la protection de l’économie nationale. Pour la modernisation de l’aéroport Messali-Hadj, il a été inscrit 14 opérations financées à hauteur de 136 milliards de centimes afin de le hisser aux normes internationales. Au port de Ghazaouet, unique débouché maritime de la wilaya de Tlemcen, Boudjema Talaï s’est fait présenter la maquette de la nouvelle gare maritime en lieu et place de l’ancien hangar par où transitaient depuis des années des milliers de voyageurs en provenance et en partance pour la ville espagnole d’Almeria à raison de trois rotations par semaine, ce qui est insuffisant par rapport à la demande de la région ouest. Le projet prévoit la réalisation d’une nouvelle infrastructure sur un terrain de trois hectares qui sera livrée dans deux ans après les études préliminaires confiées à un bureau d’études algérien et qui vont durer trois mois. Le ministre a estimé qu’il s’agit là d’un projet structurant à valeur économique associant banques et entreprises et qu’il faut conduire jusqu’à sa finalité. En 2014, près de 600 000 voyageurs ont été accueillis à la gare maritime, transportés par ferry à partir du port espagnol d’Almeria, dans une rotation à double sens, avec le transbordement de 13 000 véhicules. En 2017, le nombre de voyageurs transitant par Ghazaouet sera alors d’un million par an. À noter que des experts coréens se sont vus confier l’étude d’un plan de modernisation, d’extension et de protection du port de Ghazaouet en rapport avec les perspectives de renforcement de ses capacités pour lui conférer davantage de prérogatives dans l’échiquier des échanges économiques internationaux.

B. A.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Abdelmadjid B

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..