Le président Daniel Bouton a présenté hier à Paris le bilan de son groupe, Société Générale maintient le cap en Algérie

Liberte; le Jeudi 15 Fevrier 2007
3

Pour le patron du groupe, la population algérienne a de plus en plus besoin de services bancaires de qualité que Société Générale est en mesure d’apporter. Cette réponse est valable pour tous les pays émergents dans lesquels Société Générale est présente.Société Générale a présenté, hier, ses comptes consolidés et arrêtés par le conseil d’administration, un jour auparavant dans le but évident de rendre public un bilan chiffré qui démontre une croissance plus que satisfaisante. Le président du groupe, M. Daniel Bouton, accompagné de son staff, a annoncé que dans la continuité des neuf premiers mois de l’année 2006, le groupe a poursuivi au 4e trimestre une croissance rentable tirée par l’ensemble des métiers, reflet de la pertinence de la stratégie suivie depuis 1999 qui combine une forte croissance organique et acquisition ciblée, créatrice de valeurs. C’est ainsi qu’au 31 décembre 2006, le groupe comptait 22,5 millions de clients particuliers dans les réseaux de détail et services financiers, 442 milliards d’euros d’actifs gérés et près de 120 000 collaborateurs dans 77 pays.En 2006, l’environnement économique et financier mondial a joué en faveur de tous les métiers du groupe. Ainsi, son implantation en Europe de l’Est dans la zone Maghreb est en cours de renforcement.La présence en Algérie de Société Générale est également très importante. Le directeur général de Société Générale Algérie — SGA — M. Joël Jary a déclaré hier que la clientèle active est estimée à 65 000 à fin 2006 dont 5 000 sont des PME. Pour satisfaire les besoins de toute cette clientèle, 55 agences sont prévues pour fin 2007. À des questions posées par les journalistes d’El Watan et du Quotidien d’Oran pour savoir si le groupe est satisfait de son ancrage en Algérie, en termes de déploiement organique et d’activités ? Et quel est l’état du développement des produits en direction des particuliers et quelles sont les perspectives ?L’accompagnement du secteur bancaire algérien est-il envisagé par le groupe, notamment à travers la prise de participation dans les banques algériennes ? Le président Bouton dira que “Société Générale considère que l’Algérie est entrée dans une phase de développement de son économie suffisamment diversifiée pour qu’elle investisse dans la banque universelle. C’est le développement des PME et de la classe moyenne qui permet à une banque de se renforcer dans un pays. Nous avons commencé à nous implanter en Algérie, il y a quelques années. Nous avons déjà 25 agences et nous sommes installés à Alger, Oran et Constantine. En outre, une deuxième agence est prévue à Béjaïa. Aussi jouons-nous le jeu du développement organique d’une banque en Algérie, dont la croissance est très satisfaisante. Mais tout n’est pas facile. En effet, la population algérienne a de plus en plus besoin de services bancaires de qualité que Société Générale est en mesure d’apporter. Cette réponse est valable pour tous les pays émergents dans lesquels  Société Générale est présente”. Et d’ajouter : “La banque universelle doit se développer de manière équilibrée et doit offrir des services de qualité. Elle doit également proposer le crédit à la consommation et le prêt hypothécaire. Enfin, elle doit constituer un portefeuille diversifié de prêts aux PME afin d’aider le développement économique du pays.Une privatisation est en cours en Algérie. Nous sommes retenus pour participer à l’appel d’offres. Si cette opération ne donne pas de suite, nous continuerons à nous développer avec notre banque et nous saurons saisir d’autres opportunités.”A. O.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..