Le président de l’union interparlementaire achève sa visite en Algérie, “Aucune guerre ne peut être combattue au nom de la religion”

Liberte; le Samedi 27 Janvier 2007
3

“Nous avons également touché d'autres sujets liés à l'émigration, les relations commerciales entre nos deux pays et l'importance des petites et moyennes entreprises dans ces relations”, a souligné jeudi Pier Ferdinando Casini, président de l'Union interparlementaire (UIP), à l’issue de sa visite en Algérie. Il a aussi évoqué d'autres thèmes qui ont été soulevés lors de ces discussions, tels que la “lutte contre le terrorisme”, le “dialogue entre les religions” et la “nécessité que chacun doit respecter la religion d'autrui”. À cet égard, “nous avons réaffirmé la nécessité qu'aucune guerre ne peut être combattue au nom d'une religion”, a-t-il fait remarquer. Lors de son séjour le président de l’UIP s’est entretenu avec le président de l'APN Amar Saïdani, le Chef du gouvernement, M. Abdelaziz Belkhadem, et a été reçu par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Pour le responsable de l’Union interparlementaire, le président  Bouteflika représente un “élément de stabilité” pour toute la région méditerranéenne et qu'il est “très estimé en Italie et en Europe”. “Je salue le président Bouteflika avec toute ma haute considération. Votre Président est un leader très estimé en Italie et dans toute l'Europe (...) Il représente un élément de stabilité que nous respectons beaucoup dans une région qui connaît des questions problématiques”, a affirmé M. Casini dans une déclaration à la presse peu avant son départ d'Alger.  Mettant en valeur les “liens d'amitié” qui existent entre l'Algérie et l'Italie, le président de l'UIP a tenu également à saluer la communauté algérienne en Italie qui “s'est facilement intégrée dans le monde du travail italien” et (...) qui “mérite toute notre attention”. “À l'heure actuelle, au niveau du Parlement italien, on est en train d'examiner une nouvelle loi sur la nationalité”, a-t-il ajouté. M. Casini a exprimé, en outre, son appréciation, en tant que président de l'UIP, envers les collègues interparlementaires membres de la délégation algérienne auprès de l'UIP pour leur “travail extraordinaire” et leurs “intenses activités en représentant les pays arabes et africains”. Il a indiqué, par ailleurs, avoir abordé, lors de ses entretiens avec les responsables algériens, “plusieurs sujets” portant, notamment sur “les relations qui doivent accroître entre l'UIP et les Nations unies, la lutte contre la pauvreté et la nécessité de placer la Méditerranée au centre des questions et des relations avec l'Union européenne”.Y. S.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..