Les autorités belges reprochEnt à la CNAN le non-paiement de créances d’affrètement, Le navire “Ibn Khaldoun” saisi à Anvers

Liberte; le Lundi 5 Mars 2012
3

Le navire de la Compagnie algérienne de transport de marchandises est resté en rade au port d’Anvers depuis le 28 février dernier jusqu’au 3 mars pour un motif jugé loin d’être recevable. Le navire “Ibn Khaldoun” de Cnan-Nord  spa, filiale de Cnan Group, a été saisi le 28 février dernier vers 17 heures au port d’Anvers, en Belgique, apprend-on auprès de sources syndicales de la compagnie. La mesure n’a été levée qu’au bout de cinq jours et après envoi d’une lettre de crédit de 115 000 euros adressée par Cnan-Nord. “Une sorte de garantie et un engagement de paiement dans le cas où l’instance maritime chargée de régler ce type de conflits se prononcerait en faveur du navire ‘Tichy’”, explique le premier responsable du syndicat de la compagnie. Et d’ajouter : “Un dossier sera présenté à cette instance et la compagnie pourrait exiger des dommages pour couvrir les pertes financières dues à l’immobilisation du navire chargé de marchandises.” D’autant que le motif invoqué pour laisser le navire algérien “Ibn Khaldoun” en rade pendant cinq jours est loin d’être valable, estime la même source. Et de préciser que cette mesure conservatoire et contraignante est justifiée par “le non-paiement des créances pour l’affrètement du navire ‘Tichy’ appartenant à un armateur polonais”. Alors que la réalité est tout autre. Le navire “Tichy” a été affrété en 2008 par l’ancien responsable de Cnan-Nord pour une période de trois années, alors qu’il a toujours été déficitaire de sommes faramineuses. Le choix du “Tichy” avait d’ailleurs étonné tous les travailleurs de la compagnie qui connaissaient sa réputation. Avec le changement à la tête de Cnan-Nord en 2010, le nouveau directeur a procédé à la résiliation du contrat. Résultat : “la situation financière n’a pas été apurée. Il restait des sommes impayées du côté de la compagnie comme du côté du ‘Tichy’, mais elle ne valait une telle procédure ou mesure”, révèle le SG du syndicat. Selon les syndicalistes, le litige aurait pu bien être réglé sans cette mesure de saisie, mais “des personnes qui veulent nuire à Cnan-Nord et qui sont de connivence avec le ‘Tichy’ tentent, depuis la résiliation du contrat, de nous créer des problèmes”. Il faut savoir que ce n’est pas la première fois qu’un navire algérien est saisi dans un port étranger. Le navire “Ibn Khaldoun” a fait l’objet de la même mesure et dans le même port et pour le même motif (non-paiement de créances pour l’affrètement du navire “Millénium Express” par la filiale dissoute, CML) le 12 octobre 2011. Pour les opérateurs du secteur, la mesure de saisie est une épée de Damoclès dont il faudrait se débarrasser en faisant valoir la notion de courtoisie internationale.
M.B.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..