Les explications du Consul de France et de l’ambassadeur d’Italie , Une “pratique universelle” qui n’a “rien de négatif”

Liberte; le Mercredi 7 Mars 2012
3

Le consul de France à Alger a réagi, hier, pour apporter des précisions sur la question des mesures imposées aux demandeurs de visa ou certains titulaires auxquels il est exigé un contrôle au retour.Des mesures qui ont irrité Alger. Le consul général a été reçu par le chef de cabinet du secrétaire d’État chargé de la Communauté à l’étranger, lequel a exprimé son opposition à ces mesures “discriminatoires” que certains considèrent “humiliantes”. Dans une déclaration à Liberté, le consul a reconnu avoir été reçu au secrétariat d’État en raison de deux pratiques consulaires imposées aux demandeurs de visa : le cachet de recevabilité apposé au passeport et le contrôle du retour.Concernant le cachet, il est apposé sur le passeport au moment de la réception du dossier de demande de visa, alors que dans certains cas, le consulat demande au titulaire de visa de l’informer de son retour. Ces cas ont représenté 4,25% des bénéficiaires du visa. Cette pratique a été positive dans la mesure où elle a permis de réduire le nombre de refus de visa, selon lui. Le consul précisera, par ailleurs, que l’apposition du cachet est une mesure européenne qui remonte à 1995 et qui s’impose à tous les consulats des pays de l’espace Schengen.Mais cette décision devra être supprimée une fois le fichier européen des visas opérationnel partout. Cela pourrait intervenir, selon le consul général, en 2013. Le ministère français des Affaires étrangères a également réagi, hier, pour apporter les mêmes clarifications, affirmant que le contrôle des retours n’est pas une mesure discriminatoire. “C’est une pratique ancienne et universelle qui encourage le respect de la validité du visa par son titulaire”, a précisé, lors d’un point de presse, le porte-parole du ministère, Bernard Valero, cité par l’AFP. Et de préciser que cette mesure est appliquée dans tout le réseau consulaire français. De son côté, l’ambassadeur d’Italie à Alger a affirmé, hier, que “cette mesure n’est pas discriminatoire” et que “le contrôle du retour n’a rien de négatif”. D’ailleurs, a-t-il précisé, on ne touche pas à l’intégrité du passeport algérien. Il a, par ailleurs, indiqué que le consulat italien a gelé la mesure du contrôle au retour qui “n’est pas bien perçue par les Algériens”. Quant au cachet de refus apposé sur le passeport, le diplomate a précisé que la mesure était commune à l’espace Schengen et était destinée à empêcher le demandeur d’aller vers le réseau consulaire d’un autre pays de cet espace.Il a annoncé, enfin, que les négociations avec les autorités algériennes sur la question de la facilité des visas allaient se poursuivre afin d’aboutir à un accord.
D B.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..