Les résultats de l’examen rendus publics sur le site de l’Onec et Internet, BEM 2015 : un taux de réussite de 53,97%

Liberte; le Dimanche 5 Juillet 2015
111327

Les filles arrivent en tête des candidats reçus avec 61,53%, contre 45,69% pour les garçons.

Le taux de réussite au BEM session 2015 est de 53,97% à l’échelle nationale, a annoncé hier la ministre de l’Éducation nationale. La wilaya de Tizi Ouzou est, encore une fois, classée à la première place à l’échelle nationale.
Ce taux marque un léger recul par rapport à 2014 avec 59,54 % et un recul plus grand par rapport à 2012 avec un taux de réussite de 72,10%  (meilleur taux durant les cinq dernières années).
Le taux de réussite de 53,97% correspond à 285 392 reçus sur les 528 839 candidats ayant concouru pour cet examen, décisif pour le passage au palier du secondaire.
Par sexe, on constate, et c’est une constante, que les filles arrivent en tête avec un taux de réussite de 61,53% contre 45,69% chez les garçons.
L'Office national des examens et des concours (Onec) a recensé
534 374 candidats inscrits au BEM, relevant ainsi une baisse de 12,09 %
(49 468 candidats) par rapport à l'année précédente (591 509 candidats).
Les résultats du BEM ont été annoncés d’abord par le biais du site électronique de l’Onec, avant même qu’ils ne le soient par voie d’affichage au sein des établissements scolaires qui étaient —long week-end oblige — en repos hier samedi. Le recul du nombre de reçus contredit un peu les prédictions optimistes de la ministre de l’Éducation qui a affirmé, à la Radio nationale, être “en attente d’une amélioration des résultats au regard des efforts qui ont été menés cette année”. Mais ce n’est que le résultat logique des perturbations connus par le secteur de l’éducation. À commencer par la grève des enseignants qui a paralysé les établissements scolaires en Algérie.
Bien qu’ayant pris fin, heureusement, après quelques jours seulement, cette grève déclenchée le 10 février dernier par la Coordination de syndicats de l’éducation (CSE) a posé, notamment, la question du rattrapage des cours par les élèves prétendant aux examens de fin des cycles moyen et secondaire (BEM et bac).
Les responsables du secteur eurent beau y remédier par l’annulation des vacances scolaires, la mise à la disposition des élèves de CD et la diffusion des cours par Internet et aussi tenter de minimiser de son impact,  mais voilà que la triche à travers la 3G est venue se mêler pour perturber le moral des élèves.
Autant de raisons objectives à même d’expliquer ce recul, n’en déplaise aux responsables, syndicats et parents d’élèves, qui n’ont pas tari d’efforts à assurer les bonnes conditions pour le déroulement de cet examen.

 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..