Les russes veulent se placer sur le marché algérien, Une délégation d’hommes d’affaires en prospection à l’Ouest

Liberte; le Mardi 13 Fevrier 2007
3

En tournée depuis samedi dernier à l’ouest du pays, c’est la wilaya de Mostaganem qui a reçu, durant la journée d’hier, lundi, la visite prospective de la délégation d’hommes d’affaires russes, composée de présidents et directeurs généraux de grosses entreprises économiques de la Fédération de Russie. Ainsi, à l’initiative de Mag-Rus, une société d’opérateurs d’Algérie et de Russie, c’est pour la première fois que des hommes d’affaires de la fédération s’intéressent aux opportunités diverses et au secteur de la PME-PMI de la région. Dirigée par le Dr Youri Malykh, un physicien de formation, P-DG de la société S. Instruments, la délégation hôte a entamé sa visite par une séance de travail au siège de la Chambre de commerce et d’industrie du Dahra.Une séance durant laquelle nombre de directeurs de l’exécutif de la wilaya et d’opérateurs économiques ont brièvement présenté les opportunités qu’offre la wilaya, notamment dans le domaine du tourisme, de l’agriculture et de l’immobilier. Venus dans le cadre de la prospection, les hôtes, se contentant d’observer, étaient peu bavards quant à leurs offres et leurs projets éventuels. Le marché du vin semble avoir retenu, a priori, l’attention des visiteurs. Les exportateurs algériens pourraient pleinement profiter des relations, pour le moins froides, entre la Fédération de Russie et l’État de Géorgie, gros fournisseur de la Fédération. La matinée a été mise à profit pour la visite de l’entreprise publique Mag-Mos, issue de la restructuration de l’ancienne Ena-Froid, proposée à la privatisation et en quête de preneur, avant de se rendre à Gipec, l’autre entreprise de fabrication du papier et de produits chimiques. Dans la foulée, la délégation fut reçue en audience par Mme le wali de Mostaganem. L’après-midi était consacrée à la visite des stations balnéaires de Petit-Port, notamment. Deux jours auparavant, le panel d’hommes d’affaires russes, représentant les secteurs du bâtiment et de la technologie de la construction, du fer à béton, de la finance et l’investissement, l’aéronautique, le pilotage et la maintenance aéronautique, l’import-export et la mécanique de précision, a consacré sa visite de prospection aux wilayas d’Oran puis Mascara.  L’objectif de la tournée vise au développement des relations économiques, scientifiques et culturelles entre les entreprises publiques et privées des deux pays. À Oran, la délégation s’est rendue au grand pôle industriel d’Arzew. Il y a été question du créneau de la haute technologie en matière de télé-inspection et de télécontrôle des installations gazières et pétrochimiques, ainsi que de télédétection par satellite des anomalies et autres avaries que peuvent subir pipelines et gazoducs desservant les terminaux. À Mascara, les opérateurs russes ont visité des installations vitivinicoles ainsi que l’unité de fabrication de bouteilles de gaz de l’entreprise publique EMB.Dans la même journée du dimanche, la daïra de Mohamadia a accueilli la délégation qui s’est déplacée à l’unité Filammp de fabrication de lampes électriques, au complexe de l’Enajuc, à la ferme-pilote et station de recherche agronomique de Ferme blanche, ainsi qu’à l’aérodrome dont la remise en état pourrait intéresser les visiteurs. La période de flottement ayant caractérisé les relations algéro-russes durant les années 1990 semble avoir laissé place à une nouvelle dynamique de coopération et de partenariat économique entre les deux pays. Dans le sillage des politiques, un nouveau souffle a été inculqué aux échanges économiques et commerciaux. Ainsi, une série de décisions, dont celles portant institution d’un conseil d’affaires algéro-russe, au lendemain de la visite du président de la Fédération de Russie en Algérie, et le renforcement des relations entre les Chambres de commerce et d’industrie des deux pays, vient concrétiser les intentions. De nombreux hommes d’affaires russes sont intéressés par le nouveau contexte économique que connaît l’Algérie, notamment en matière d’investissements directs étrangers. Jusque-là, en raison d’une négligence flagrante du volet information-communication, l’attention des hommes d’affaires russes s’est plutôt focalisée sur les grands projets des secteurs de l’énergie et des mines. Le manque d’information sur les autres secteurs, notamment ceux de la PME-PMI, susceptibles d’attirer davantage d’investisseurs, s’avère particulièrement préjudiciable. C’est dans cette optique que l’on s’efforcera, du côté algérien, de séduire les hôtes russes par le potentiel et le marché prometteur que recèlent les différentes régions du pays, afin de les ramener à y investir. M. O. T.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..