Louisa Hanoune, en meeting à Sidi Bel-Abbès, accuse, “Les ministres candidats utilisent l’argent public”

Liberte; le Samedi 10 Mars 2012
3

La secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a tenu, dans l’après-midi de jeudi dernier, à l’occasion de la Journée mondiale de la femme un meeting à la maison de la culture Kateb-Yacine de Sidi Bel-Abbès. Intervenant en présence d’une foule nombreuse, la passionaria du PT, en évoquant la grève des médecins spécialistes, a estimé que “le plus grand nombre du personnel de la santé est constitué de femmes et le ministre ne respecte pas les principes de base de la démocratie”. Et d’enchaîner, en s’adressant au ministre de la Santé : “Pourquoi vous vous attaquez à cette grève, cessez de mater les syndicalistes, assez d’obstination car la grève est un droit constitutionnel. Ouvrez le dialogue et les négociations avec les syndicats des médecins spécialistes.” À propos des prochaines élections législatives, elle a dénoncé les ministres candidats, qui sont, selon elle, en train d’utiliser l’argent public pour leur campagne électorale. Elle a proposé qu’ils soient carrément mis en congé. Et d’ajouter : “Les prochaines échéances électorales seront déterminantes pour notre pays et surtout pour la femme algérienne qui doit, à cette occasion, sanctionner les partis qui la méprisent et les responsables du pourrissement.” Ainsi, elle a estimé que la femme algérienne était constamment persécutée car à ses yeux “l’actuel code de la famille est injuste, discriminatoire à l’égard de la femme et en contradiction avec la Constitution, notamment les articles 29 et 31. Donc, il nous faut des lois civiles qui consacrent l’égalité entre la femme et l’homme”. C’était là une façon à elle de rassurer son auditoire en tentant de renouer avec son image de femme qui ose braver tous les interdits. Par ailleurs, elle a estimé que les prochaines législatives allaient donner naissance à une Assemblée populaire nationale qui sera de fait “constituante”, soulignant que celle-ci aura l’importante mission d’amender une nouvelle Constitution. Au sujet de l’inscription des dizaines de milliers de nouveaux électeurs, l’oratrice a déclaré fermement que “personne n’a le droit d’ajouter des listes additives d’électeurs après les délais réglementaires et là, nous constatons qu’il y a des gens qui veulent piétiner les décisions et promesses du président de la République”. Dans la foulée, Louisa Hanoune a salué la position courageuse des magistrats qui ont refusé des listes après les délais réglementaires.
A. B

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..