On prélève des pièces d’un ascenseur pour faire fonctionner un autre, L’AADL casse à El-Achour pour réparer à Zerhouni-Mokhtar

Liberte; le Samedi 4 Juillet 2015
111314

Déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul. Cet adage qui signifie résoudre un problème en en aggravant, sinon en en créant carrément un autre semble inspirer grandement l’agence Gest Immo de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL).

C’est le cas de le dire, en effet, lorsque l’on sait que, pour réparer une panne d’ascenseur au niveau de la cité Zerhouni-Mokhtar, Gest Immo “désosse” un ascenseur à la cité AADL d’El-Achour. Jeudi matin, des locataires de la tour 9 de la cité Zerhouni-Mokhtar, ne pouvant plus endurer une panne d’ascenseur survenue dès les premiers jours du Ramadhan, sont allés renouveler la réclamation au chef du site déjà alerté par le syndic de l’immeuble. Ce qu’ils se sont entendus révéler les a hautement déconcertés. “Le magasin de Gest Immo est vide. Il n’y a pas de pièces. S’agissant de votre ascenseur, la panne confine en l’usure des câbles. Pour les remplacer, nous devons démonter ceux d’un autre ascenseur. Je vous rassure, nous avons pu trouver un ascenseur à la cité El-Achour. Nos équipes sont à pied d’œuvre en ce moment pour récupérer ses deux câbles”, a-t-il informé, témoigne un des locataires ayant fait partie de la délégation reçue par le chef du site.
Ainsi, pour réparer une panne d’ascenseur, Gest Immo puise la pièce dans d’autres ascenseurs. La façon de faire de Gest Immo n’est pas nouvelle, notamment s’agissant de l’entretien des ascenseurs.
Dans l’ensemble des immeubles AADL, sur les deux ascenseurs, un seul fonctionne, et ce, depuis la livraison des premiers sites. L’un sert de magasin de pièces de rechanges au fonctionnel. “Depuis 2006, soit une année après l’occupation du site, au niveau de la tour 9, un seul ascenseur fonctionne. Lorsque cette panne due à la rupture des câbles est survenue, les techniciens ont cherché à prélever les câbles de l’ascenseur à l’arrêt depuis 9 ans, ils ont découverts qu’ils ont déjà été prélevés”, ajoute encore notre interlocuteur qui ne comprend pas comment Gest Immo procède de la sorte alors que les locataires paient mensuellement des charges d’entretien lesquelles s’élèvent à plusieurs milliards de centimes. “Pourquoi prélever une pièce d’un ascenseur pour dépanner un autre ? Pourquoi Gest Immo ne dispose-t-elle pas d’un stock en magasin ?”, s’interroge le locataire, furieux, et qui se demande encore pourquoi Gest Immo n’achète pas les câbles sur le marché pour parer à la panne, puisqu’elle a de l’argent. “Les câbles sont en vente. Ils sont disponibles”, atteste-t-il, soupçonnant Gest Immo de s’abstenir pour pousser les locataires à procéder eux-mêmes à l’achat auprès de fournisseurs qui verraient ainsi leur commerce prospérer grâce à cet immobilisme volontaire, voire complice. “Nous avons cotisé pour parer à une inondation qui a touché les locataires du 19e étage, suite à une fuite d’eau de la citerne causée par un flotteur défectueux. Voyez-vous, Gest Immo qui ne peut acheter un flotteur !”, S’est-il exclamé, avant de s’interroger : “Que fait-elle du montant des charges dont nous nous acquittons mensuellement à terme échu ? Pourquoi le ministre de l’Habitat ne réagit-il pas à une situation déjà portée à sa connaissance ?”

S.A.I.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Sofiane Aït Iflis

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..