Opération de l’ANP contre un refuge du GSPC à Batna, 4 militaires tués et 10 terroristes abattus

Liberte; le Mardi 30 Janvier 2007
3

L’attaque du poste de Bousselem, hier matin, est la dernière cartouche d’une sériate délocalisée  d’un refuge qui lui était sûr des années durant. Une action suicidaire si l’on se réfère aux échos qui parviennent du lieu des opérations.Les services de sécurité viennent de mettre hors d’état de nuire une dizaine de terroristes affiliés au GSPC, lors d’une vaste opération qui se poursuit toujours dans la région de Batna, ce qui rend tout bilan provisoire. L’offensive, durant laquelle d’importants moyens humains et logistiques sont mobilisés, a été engagée aux première heures de la matinée d’hier par le commandement des opérations militaires suite à un attentat qui a ciblé, aux environs de 1h du matin, une position des forces combinées. En effet, un détachement installé près d’une école au lieu-dit Bousselem, commune de Beni Fodda, dans la wilaya de Batna, a été surpris par un tir de roquette. Une technique souvent utilisée ces dernières années par les terroristes du GSPC qui évitent tout contact direct avec les éléments des services de sécurité. L’explosion a fait 5 morts (4 militaires et 1 garde communal) parmi la troupe présente sur le site dans le cadre de la préparation de l’ouverture d’un poste de contrôle dans cette région considérée, à juste titre, comme un couloir de transit des terroristes. Les assaillants comptaient sur l’effet de surprise pour investir les lieux. Heureusement, nonobstant les dégâts, douloureux certes, causés par l’impact de la charge du RPG7,  le reste des militaires s’est vite mis à la poursuite du groupe terroriste composé au moins d’une vingtaine d’éléments. Le retrait de ces derniers fut fatal à nombre d’entre eux, selon des sources locales. Une dizaine de terroristes ont été abattus et plusieurs autres blessés. Un important dispositif militaire a été mis en place dans les premières minutes qui ont suivi le lâche attentat. Hier, au moment où nous mettions sous presse, l’opération de poursuite des terroristes était toujours en cours, ce qui rend l’établissement de tout bilan définitif aléatoire.Pour les besoins de cet attentat, la nébuleuse a mobilisé les moyens de plusieurs phalanges, y compris celles de la zone du Sud. L’objectif visé est la destruction de l’ensemble du poste et la dissémination de ses occupants. Finalement, les initiateurs  de cet acte n’ont fait que précipiter la fin de leur cavale. En effet, l’installation du poste de Bousselam vise à resserrer l’étau sur ce qui reste des groupes de subversion qui ont échappé aux coups de boutoir que l’ANP ne cesse d’asséner aux terroristes de la zone II depuis l’automne dernier. En effet, depuis septembre dernier, les rangs des groupes activant sur l’axe Batna-Biskra ont été amputés d’une trentaine de terroristes dont au moins 10 ont été pris vivants. L’attaque terroriste d’hier matin vient confirmer la véracité des analyses des services de sécurité et la justesse du choix stratégique d’implanter ce cantonnement.72 heures avant cet attentat, les terroristes du GSPC avaient perdu 2 de leurs éléments, en plus de 5 blessés, dans la région de Oued Zeggar, dans la wilaya de Skikda, à l’issue d’une opération menée par les services de sécurité à l’issue d’une tentative d’attaque d’un cantonnement de la garde communale près de Tamalous, lors de laquelle un garde a laissé sa vie. Une semaine avant, 6 terroristes ont été abattus et 2 autres capturés dans la même localité de Oued Zeggar.Selon les observateurs, les dernières actions des groupes terroristes sont focalisées sur des sites précis, symptôme de grands problèmes d’ordre organique que vit le GSPC incapable de choisir lui-même le terrain des opérations.Avec les dernières capitulations, les forces engagées dans la lutte antiterroriste modulent leur présence sur le terrain en se déployant sur des sites qui étaient jusqu’ici des zones de repli pour les membres de la nébuleuse. L’attaque du poste de Bousselem d’hier matin est la dernière cartouche d’une sériate délocalisée d’un refuge qui lui était sûr des années durant.F. Lamia

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..