Ould kablia l’a déclaré jeudi à l’APN, Un comité frontalier entre l’Algérie et la Libye en mars

Liberte; le Samedi 17 Mars 2012
3

“Le terrorisme à l'intérieur étant réduit et contenu, c'est plutôt les groupes terroristes qui se trouvent à l'extérieur de nos frontières qui auraient pu nous inquiéter.” C’est du moins ce qu’a indiqué le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, jeudi à la presse en marge d'une séance plénière de l'Assemblée populaire nationale (APN).Se voulant plus clair, le ministre a fait observer que “la menace terroriste préoccupante pour l'Algérie est celle qui provient d'au-delà des frontières, affirmant que l'État algérien a pris toutes les dispositions nécessaires pour faire face à ce danger”. Selon le ministre, “ces groupes qui se trouvent dans la région du Sahel se sont renforcés en hommes et en matériels militaires assez évolués mais que les dispositions sont prises pour qu'ils ne puissent absolument pas entrer dans notre pays, que ce soit du côté du Mali, du Niger ou du côté libyen”.Par ailleurs, le ministre a indiqué que la mise en place d'un comité frontalier entre l'Algérie et la Libye verra le jour lors de la visite du ministre de l'Intérieur libyen,Faouzi Abdelali, à Alger, d'ici à la fin du mois en cours. “La création d'un tel comité bilatéral frontalier en vue d'assurer la sécurité et la surveillance des frontières communes se fera à l'instar de ce qui avait été fait avec le Niger et le Mali, une coopération qui a donné des résultats positifs”, a indiqué M. Ould Kablia. Le comité aura des structures décentralisées qui fonctionneront avec une grande flexibilité et souplesse, sans avoir à revenir à l'autorité centrale, a souligné le ministre. Questionné à propos de la sécurisation des frontières et de la lutte contre le terrorisme dans le monde arabe, à la lumière des travaux de la 29e session du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur (CMAI) tenu à Hammamet (Tunisie), Ould Kablia a indiqué que “l’exemple de l'Algérie a été pris comme base de réflexion et de travail lors du Conseil ainsi qu'au niveau des différentes résolutions sanctionnant cette réunion”.“L’Algérie n'attend pas une réunion pour s'organiser et combattre le terrorisme, chose que nous faisons depuis plus de 20 ans”, explique-t-il à ce propos.
N. M.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..