Prix Abdelhamid-Benzine 2012, Saïd Saâyoud et Mohamed Kali récompensés

Liberte; le Dimanche 11 Mars 2012
3

Le concours était ouvert à la presse écrite et audiovisuelle exerçant dans les langues arabe, amazighe et française.Le prix du journalisme Abdelhamid-Benzine a été décerné, cette année, au jeune Saïd Saâyoud, journaliste à la radio locale de Ouargla, par l’association Les Amis de Abdelhamid Benzine. L’annonce a été faite, hier, à l’auditorium de l’École nationale supérieure de journalisme (ENSJ) de Ben Aknoun (Alger), en présence du lauréat. Parmi les raisons ayant motivé les membres du jury, on retiendra notamment la préférence à “la production radiophonique”, mais également l’actualité nationale et le travail de terrain effectué par le journaliste, lequel a approché de très près la question de l’environnement, tout en donnant une idée précise sur les dures réalités sociales vécues par la population de cette région du Sud algérien. Dans son intervention, une membre du jury, Nabila Bouchaâla, a révélé que pour l’édition 2012, l’association avait reçu une trentaine de candidatures. Elle a aussi rappelé les genres journalistiques des productions demandées, c’est-à-dire “l’enquête et le reportage”, dans les domaines socioéconomique, culturel et sportif, se rapportant à l’actualité nationale. Le concours était ouvert à la presse écrite et audiovisuelle, exerçant dans les langues arabe, amazighe et française. Cette année, précisera-t-elle, les contributions présentées par les candidats sont seulement en arabe et en français.Un autre prix, en l’occurrence le prix d’honneur qui porte également le nom du journaliste, écrivain et militant de la cause nationale, a été attribué à Mohamed Kali, correspondant du quotidien El Watan à Aïn Témouchent. Par ailleurs, l’association a rendu un double hommage à la militance de Abdelhamid Benzid et au combat de la moudjahida Annie-Fiorio Steiner de 1955 à ce jour. À l’ouverture des travaux, le directeur de l’ENSJ, Brahim Brahimi, a rendu un hommage particulier à trois membres initiateurs de l’association Les Amis de Benzine, à savoir Souad Inal, Djamel Bendimerad et M. Benantar. Sans oublier certains quotidiens nationaux qui, dès le départ, avaient apporté leur soutien au nouveau projet. De leur côté, le président et les autres membres de l’association sont revenus sur le “nom prestigieux” de Abdelhamid Benzine et “l’humanisme extraordinaire” de ce militant. Ce dernier, ont-ils indiqué, s’est engagé dans les rangs du PPA, puis dans ceux du PCA, avant de rejoindre l’ALN, en tant qu’officier, après la signature des accords FLN-PCA en 1956. Durant plus de60 ans, le défunt “a été de tous les combats”. Il avait été primé, en 1994, par une organisation américaine et en 1999, il avait été gratifié à Prague du prix de l’Organisation internationale du journalisme. Plus tard, l’enfant de Béni Ourtilène avait été honoré par le mérite national. En hommage à son “œuvre militante et journalistique”, sa famille et ses amis, organisés en association, ont décidé d’attribuer le prix du journalisme, tous les deux ans, lors de la journée commémorative de la disparition de Benzine, en mars 2002, d’organiser des séminaires et de publier les actes de ces colloques.
H A

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..