Révélation : Il a été perpétré par des kamikazes étrangers, 180 kg de TNT utilisés dans l’attentat de Tam

Liberte; le Mercredi 7 Mars 2012
3

“On n’a pas à se fier à ce qui a été rapporté par les médias sur les groupes islamistes qui revendiquent cet acte ignoble. On devrait le savoir très prochainement, une fois l’enquête achevée”, a déclaré le commandant de la gendarmerie, le général Bousteïla.Les premiers résultats de l’enquête diligentée par le service des investigations criminelles de la Gendarmerie nationale suite à l’attaque terroriste ayant ciblé, samedi dernier, le groupement de gendarmerie de Tamanrasset ont permis d’identifier le véhicule ayant servi dans l’attentat grâce au numéro de série relevé sur la boîte de vitesses, puisque le numéro de châssis a été partiellement limé.L’attentat a été exécuté, selon les premières conclusions de l’enquête, par deux kamikazes qui circulaient avec de faux papiers, a indiqué le responsable de la cellule de communication, en marge de la visite du commandant de la Gendarmerie nationale, le général Bousteïla, hier, dans la wilaya de Tamanrasset. “Les procédures de l’enquête suivent toujours leur cours car il s’agit d’un acte criminel qui a profondément affecté le groupement et son voisinage. On n’a donc pas à se fier à ce qui a été rapporté par les médias sur les groupes islamistes qui revendiquent cet acte ignoble. On devrait le savoir très prochainement, une fois l’enquête achevée. L’attaque a ciblé une structure d’État qui accomplit noblement son devoir de lutte contre la criminalité. Ce qui est sûr, c’est qu’une partie intégrante de la société algérienne a été touchée. Alors, peu importe la nationalité de ces sanguinaires. Pour nous, c’est un acte terroriste qui a porté atteinte à la sécurité nationale, en général, et à celle du citoyen, en particulier”, a-t-il souligné. Et d’ajouter que les éléments du groupement ciblé ont récupéré deux grenades, une quantité de munitions et deux kalachnikovs de provenance étrangère, entreposés dans le véhicule de l’attentat.Le commandant de la GN, qui a eu à se rendre compte de l’importance des dégâts occasionnés par la déflagration à cette institution de Tamanrasset, était accompagné du commandant régional de Ouargla, du directeur de la sécurité publique et de l’emploi, du directeur de la logistique et des infrastructures et du commandant des unités des garde-frontières avec pour objectif de réétudier et de réviser le plan de redéploiement des unités de ce corps dans cette région qui représente un quart du pays.“Le dispositif sera renforcé davantage pour augmenter les capacités opérationnelles des unités des garde-frontières ainsi que des unités spécialisées et territoriales de la Gendarmerie nationale qui travaillent en étroite collaboration avec les différents organes de sécurité. Des effectifs supplémentaires ont été déployés le long des frontières en genre et en nombre avec l’intensification de l’interopérabilité avec des corps de sécurité ayant un commun objectif. Un important dispositif a été, par conséquent, mis en place, soit en territoire de la VIe Région militaire, soit en territoire des autres régions militaires”, ajoutera notre interlocuteur. Pour mieux accomplir les missions dévolues à la gendarmerie en ses territoires de compétence, le chargé de communication de la GN a fait savoir  que durant le 1er trimestre 2012, l’institution s’est dotée des hélicoptères supplémentaires destinés à augmenter la capacité aérienne de la gendarmerie avec, à la clé, le renforcement de la surveillance de l’ensemble du territoire et faciliter le contrôle du tracé frontalier.Revenons à l’objet de la visite, il convient de noter que le commandant de la GN a été au chevet des blessés de l’attentat qui sont toujours sous contrôle médical à l’hôpital de Tamanrasset où il a mis en exergue la volonté de ses éléments à combattre les résidus du terrorisme.
R K

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..