Révélations au lendemain des attentats, Des voitures volées ont transporté les bombes

Liberte; le Jeudi 15 Fevrier 2007
3

Les terroristes ont utilisé des véhicules volés. Il s’agit d’une voiture de marque Mitsubishi (un petit 4X4) et une autre de marque Express. Les deux véhicules immatriculés 35 avaient été bourrés d’explosifs mélangés à des morceaux de ferraille, de boulons et de clous. Au lendemain des actes terroristes commis dans plusieurs localités de la wilaya de Boumerdès et de Tizi Ouzou, une vaste opération de ratissage a été déclenchée hier en début de matinée par l’ANP, dans plusieurs maquis, notamment à Souk El-Had, Ammal, Ouled Ali, Boudoukhane où des hélicoptères ont bombardé durant plusieurs heures des refuges terroristes. Parallèlement, les services de sécurité se sont redéployés sur plusieurs axes routiers et quartiers, notamment ceux des communes touchées par les explosions. Des barrages fixes ont été installés dans des carrefours comme à Boumerdès où plusieurs points de contrôle ont été renforcés. Pendant ce temps, la population encore sous le choc continue à s’interroger sur ces attentats spectaculaires. Les spéculations quant aux auteurs des attentats et leur déroulement vont bon train. Ainsi comme à Réghaïa et Dergana, où les terroristes se sont servis de camions volés pour les faire exploser devant les commissariats, les mêmes groupes ont dû utiliser des véhicules subtilisés à des citoyens pour perpétrer les attentats de ce mardi. Selon nos sources, les véhicules utilisés pour les explosions de Si Mustapha et de Boumerdès ont été volés à des citoyens habitant dans la commune de Zemmouri. Il s’agit d’une voiture de marque Mitsubishi (un petit 4X4) qui serait volée en 2002 et une autre de marque Express enlevée il y a deux mois à un commerçant de Zemmouri. Les deux véhicules immatriculés 35 avaient été bourrés d’explosifs mélangés à des morceaux de ferraille, de boulons et de clous avant d’être conduits, la nuit même, au niveau de leurs cibles. À Si Mustapha, les terroristes ont essuyé des tirs avant de s’enfuir, laissant sur place la voiture piégée qui allait s’exploser quelques secondes plus tard. Les gendarmes en faction à ce moment se sont aperçus du manège, mais ils avaient juste le temps de dégainer pour tirer sur les deux terroristes qui se sont enfuis à la faveur de la nuit. À Boumerdès, par contre, le groupe chargé d’exploser le commissariat n’a pas trouvé de difficultés à se rapprocher du siège de la sûreté urbaine considéré comme l’un des mieux gardés sur le territoire national. Les deux terroristes ont immobilisé le véhicule juste à trois mètres de la porte du commissariat avant de quitter les lieux en courant sans que personne ne se rende compte. Un autre terroriste, qui était en train de les filmer, les attendait sur la RN et tous les trois se sont enfuis à bord d’un véhicule de marque Peugeot Partner, lui aussi volé à un citoyen. Comme les trois terroristes ne semblaient pas bien connaître la ville de Boumerdès, ils se sont trompés de chemin et ont été forcés de fuir à pied en abandonnant leur véhicule à la sortie est de la ville de Boumerdès. Dans le véhicule abandonné, les forces de sécurité ont récupéré un caméscope dépourvu de cassettes. Ce qui explique qu’ils ont été pris de panique dans leur fuite. Comme ils l’ont fait pour l’attentat de Bouchaoui, les terroristes se sont servis hier de caméscopes pour filmer “leurs opérations” commises dans la wilaya de Boumerdès et de Tizi Ouzou. Non seulement, c’est une recommandation d’Al-Qaïda qui s’est toujours servie de ce dispositif pour mettre en relief sa stratégie, mais il s’agit aussi d’une nouvelle arme que le GSPC compte utiliser pour galvaniser ses troupes au moment où l’organisation terroriste fera face à des dissensions internes très importantes.M. T.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..