Sa nomination fait des vagues, Le Syndicat de la Cnan s’oppose au nouveau DG

Liberte; le Mardi 6 Mars 2012
3

Changement ou non à la tête de la Cnan Group ? C’est la question qui se pose au sein de la compagnie suite aux dernières informations faisant état du limogeage de l’actuelle responsable, Mme Younes, et son remplacement par un ex-directeur de la filiale Cnan-Nord. L’installation d’Abdelhamid Bouarroudj, ancien cadre retraité, au poste de P-DG du groupe était imminente. Telle une traînée de poudre, l’information s’est vite  répandue au sein de la compagnie maritime et ses différentes filiales. Parmi ces dernières, la Cnan-Nord, où Bouarroudj occupait le poste de directeur général avant de prendre sa retraite en 2009. L’annonce du retour de l’ex-DG de la filiale à la tête du groupe a provoqué l’ire du syndicat de la Cnan-Nord. Ce dernier est monté au créneau pour s’opposer fermement à cette nomination sous prétexte que la gestion de la Cnan-Nord par Bouarroudj n’a pas réussi à la filiale. Bien au contraire ! En fait, ce que le syndicat reproche à l’ancien DG, c’est d’avoir abandonné le navire alors qu’il avait commencé à couler. “La situation de la filiale était des plus critiques à cette époque-là. La compagnie a failli mettre la clé sous le paillasson et n’avait même pas de quoi payer les salaires des travailleurs”, témoigne le SG du syndicat. Selon Ahmed Aittou, “il a fallu interpeller les autorités via le journal Liberté du 23 mars 2011 pour que les choses s’accélèrent en faveur de la Cnan-Nord. Les travailleurs s’impatientaient et une forte tension y a régné. Heureusement que le cri lancé via la presse a donné ses fruits. La Société de gestion de participation des transports maritimes (SGP Gestramar) a débloqué une enveloppe financière”. Cependant, au lieu de procéder au paiement des salaires, l’ancien DG, qui n’avait pas encore pris sa retraite, a préféré payer l’acquisition de six navires. “Le départ à la retraite de Bouarroudj en ces moments difficiles a été très mal pris par les travailleurs et les syndicalistes”. Et c’est ce qui explique leur opposition au retour de cet ancien cadre à la tête de l’armateur national. La contestation était telle que le syndicat n’a pas hésité à interpeller le ministère des transports. “Nous avons été reçus par l’inspecteur général le 29 février dernier à qui nous avons signifié notre opposition au retour de Bouarroudj qui n’a pas hésité à quitter la compagnie maritime qui était au bord du gouffre.”Le syndicat a averti que “ce retour déclencherait un véritable tapage et que tous les syndicats du secteur maritime étaient solidaires et approuvent cette position”. L’inspecteur général, qui a demandé aux syndicalistes d’où ils tenaient cette information qu’il n’a pas formellement démentie, a promis de faire parvenir cette opposition à qui de droit. Reste à savoir si le changement est définitivement écarté ou tout simplement ajourné. Bouarroudj : “Il n’y a rien d’officiel ! C’est uneagitation syndicale”“Je n’ai pas été sollicité pour le poste de P-DG de la Cnan Group. Il n’y a rien d’officiel pour le moment !” nous a révélé hier, lors d’un entretien téléphonique, Abdelhamid Bouarroudj. Pour l’ancien DG de la Cnan-Nord, “il s’agit là d’une simple agitation et gesticulation syndicale ! Et puis pourquoi c’est le syndicat de la filiale qui réagit et non pas celui de la Cnan Group ? Au demeurant, ce syndicat n’est pas du tout concerné”. Et de toute manière, soutient Bouarroudj, “le changement à la tête de la Cnan Group se fera et aura lieu avec ou sans moi.” Ne voulant pas donner plus de détails, l’ancien DG de la filiale Cnan-Nord semble disposé d’informations et de documents qui confirment la nécessité d’un tel changement. Question : accepteriez-vous le poste si on vous sollicitait officiellement ? Bouarroudj se contentera de nous dire : “j’ai passé 32 ans dans le secteur et croyez-moi la responsabilité use !”
M B

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..