Trafic de cigarettes et blanchiment d’argent, 6 personnes écrouées

Liberte; le Mardi 16 Janvier 2007
3

Le chef du groupement de la gendarmerie de Boumerdès, le colonel Barour, est revenu hier sur le réseau de blanchiment d’argent que ses services ont démantelé, il y a un peu plus de trois mois à Boudouaou. Selon M. Barour, cette affaire est toujours en instruction au niveau de la justice bien que six personnes sur les neuf impliquées dans ce réseau aient été arrêtées et écrouées.Selon d’autres sources, ce réseau avait des ramifications jusqu’à la wilaya de Tamanrasset et serait dirigé par un baron du trafic de cigarettes connu dans la région. Ce dernier court toujours au même titre que deux autres personnes. Mais la brigade de recherche de la gendarmerie a réussi tout de même à arrêter I. F., S. A. et B. R., tous les trois sont originaires de la commune de Boudouaou. Ces trois personnes effectuaient des versements de grosses sommes d’argent au niveau de la poste de Boumerdès et Boudouaou en utilisant des prête-noms de personnes innocentes. L’enquête menée par la gendarmerie en collaboration avec Algérie Poste s’est soldée par l’identification des personnes composant le réseau comme elle a permis de faire la lumière sur l’origine des sommes importantes d’argent acheminées par courrier électronique à des trafiquants de cigarettes basés au Sud du pays. Ainsi, les gendarmes ont mis la main sur six véhicules dont deux camionnettes utilisées pour le transport de cigarettes alors que plus de 1 070 cartouches de cigarettes furent saisies dont 440 de marque étrangère. Les gendarmes récupèrent au cours de leur perquisition effectuées dans un garage appartenant à un membre de ce trafic, situé à Hlaïmia dans la commune de Boudouaou, plus de 16 millions de DA. Par ailleurs, et sur un autre chapitre, le bilan présenté par le colonel Barour fait ressortir une nette recrudescence de l’immigration clandestine, puisque les gendarmes ont arrêté durant l’année 2006, plus de 31 ressortissants étrangers en situation irrégulière dont 18 Nigériens, 11 Marocains et 2 Égyptiens, alors que durant l’année 2006, il n’a été recensé qu’un seul cas d’immigration clandestine. Ce qui montre que ce phénomène, d’habitude localisé à l’ouest et au sud du pays, commence à se glisser petit à petit au nord du pays, notamment dans la wilaya de Boumerdès.M. T.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..