Un accord de formation sera signé en mars prochain, Coopération entre Cevital et l’École des mines de Nantes

Liberte; le Dimanche 4 Fevrier 2007
3

Un accord de partenariat sera signé d’ici un mois entre le groupe industriel Cevital et l’École des mines de Nantes (EMN), une des grandes écoles françaises qui forment des cadres supérieurs et des managers d’entreprises. L’annonce a été faite hier soir, à l’hôtel El-Djazaïr, à Alger, par le P-DG de Cevital, Issad Rebrab, et le directeur de l’EMN, Stéphane Cassereau, en présence d’enseignants et d’industriels algériens et français, et de la presse nationale. C’est-à-dire quelques heures seulement après le lancement officiel de l’École doctorale en énergétique et développement durable, à l’université de Boumerdès, comme résultat du partenariat entre l’établissement universitaire et l’EMN.  Dans son intervention, M. Cassereau a expliqué que la coopération avec Cevital sera “globale” et comportera trois volets : la formation initiale et la formation continue, ainsi que le développement et la recherche technologique. Dans les perspectives, le directeur a retenu l’idée de la création d’un “laboratoire commun” ou d’une “école commune” avec le groupe industriel algérien, pour mieux “ancrer notre collaboration”.De son côté, M. Issad Rebrab a insisté sur la stratégie de Cevital, qui repose désormais sur la diversification des activités. En rappelant les “grands” besoins engendrés à la suite du démarrage des nouveaux projets, y compris dans le verre plat, la sidérurgie, la pétrochimie et l’énergie solaire. “Il ne suffit pas d’avoir seulement les moyens financiers, mais nous devons investir dans l’homme et dans sa formation, parce que c’est l’homme qui crée les richesses”, a-t-il déclaré. Le P-DG de Cevital a en outre précisé que “la bataille” que doit engager aujourd’hui son entreprise se situe “dans la recherche et le développement”, afin d’occuper une place respectable à l’échelle internationale. Concernant l’accord de partenariat qui sera paraphé prochainement, Issad Rebrab a indiqué que la contribution de son groupe sera “financière”, pour permettre la formation d’une trentaine de cadres supérieurs qui seront recrutés cette année et celle d’environ une centaine de cadres supérieurs embauchés en 2010. Sans oublier l’ouverture des différentes usines du groupe aux chercheurs et étudiants qui seront formés à l’École doctorale de Boumerdès. L’industriel a également informé de la signature d’accords avec l’université de Béjaïa, où il est question particulièrement du sponsoring de 20 chercheurs algériens, ainsi que des relations étroites qu’entretient Cevital avec l’École des affaires, et des investissements engagés dans certaines de ses unités, à travers l’ouverture de laboratoires et de travail de recherche. “En attendant de former nos propres cadres, nous sommes contraints d’aller les chercher ailleurs”, a signalé le patron de Cevital, en faisant allusion au programme ambitieux du groupe, qui a été présenté, pour rappel, aux médias au mois de janvier 2007.H. A.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..