Visite du ministre des AE du Royaume de Norvège en Algérie, Signature d’un nouveau mémorandum

Liberte; le Samedi 3 Mars 2012
3

Abordant la situation qui prévaut en Syrie, Mourad Medelci a estimé que celle-ci devait “changer au plus tôt par une solution politique”.“La fin de nos entretiens a été marquée par la signature d’un mémorandum d’entente politique en vue de donner à nos consultations bilatérales un caractère régulier et quasi mécanique.” C’est ce qu’a annoncé, jeudi en fin d’après-midi, Mourad Medelci, lors d’un point de presse conjoint tenu au siège du département des AE. Et de préciser que “ce mémorandum est le fruit d’une coopération extrêmement importante dans les domaines politique et économique notamment le volet énergétique”. La coopération entre  l’Algérie et le royaume de Norvège date de quelques années, mais les deux pays veulent aujourd’hui “travailler sur la diversification des relations bilatérales en les élargissant à d’autres volets de coopération”, souligne le chef de la diplomatie algérienne. Deux volets sont déjà identifiés, à savoir la pêche et les mines. “Deux secteurs où la Norvège dispose d’une expérience avérée.” Pour ce qui est de la coopération sécuritaire, “notre préoccupation commune est la lutte contre le terrorisme que nous explorons avec la Norvège dans le cadre d’une coopération militaire par des formations notamment dans le domaine de la marine.” Intervenant à son tour, le ministre norvégien estime que “l’Algérie est un pays important pour la Norvège et les relations bilatérales entre les deux pays ont enregistré une avancée considérable”. Pour Jonas Gahr Store, il est temps “d’approfondir les relations dans le sens politique et de coopérer dans d’autres domaines tels que les droits de l’Homme, le volet social, l’économie, la démocratie…”Le conférencier ajoutera que “l’accord signé aujourd’hui (jeudi, ndlr) donne une régularité à nos consultations Nord-Afrique et Nord-Europe”.Syrie : “Il faut que la situation cesse au plus tôt !”Outre les relations bilatérales, objet de la visite de Jonas Gahr store, arrivé jeudi à Alger, les deux ministres des Affaires étrangères ont abordé la situation politique qui prévaut dans certains pays arabes.“Nous avons échangé des informations sur la situation des pays arabes qui vivent malheureusement des crises quelquefois graves telles que la Syrie”, soutient le chef de la diplomatie algérienne. “Il faut que la situation cesse au plus tôt !” lance M. Medelci, qui pense que “la solution est politique”. La Tunisie et la Libye “commencent à reprendre. La Tunisie a enregistré des avancées et la Libye lui emboîte le pas”.Question d’un journaliste norvégien : qu’en est-il de l’Algérie dans toutes les mutations politiques de ses voisins ? “Des changements politiques s’opèrent chez les voisins du pays, certes, mais l’Algérie a anticipé les évènements et avait dès 1988 amorcé le processus de réformes importantes telles que le multipartisme, l’ouverture des médias lourds, l’augmentation du quota des femmes dans le Parlement… L’Algérie a recyclé toutes ses richesses pour le développement du pays”, soutient M. Medelci. Et de poursuivre : “Même si ces dernières années le pays a changé et continue de changer, ce que nous devons améliorer, c’est le processus démocratique. Il faut qu’il soit transparent et incite les citoyens à prendre part à l’action politique.”Qu’en pense le ministre des Affaires étrangères du royaume de  Norvège ? Est-il vrai que l’Algérie est l’exception du monde arabe ? “La Norvège soutient le processus des réformes politiques engagé par l’Algérie et l’encourage à les poursuivre”, note le chef de la diplomatie norvégienne, rappelant que l’Algérie a vécu une décennie dramatique et unique. “Il y a eu certes des réformes, mais l’œuvre n’est pas encore finie, il faut la poursuivre.”
M. B.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..