Yahla Abdelkrim (Pdt du WAT), “Il est impossible de plafonner les salaires avec les présidents actuels”

Liberte; le Lundi 5 Mars 2012
3

Le président du WAT estime que le plafonnement des salaires reste une bonne chose pour les clubs, notamment ceux à petits budgets. “Effectivement, au vu des faramineux salaires que touchent les joueurs dont certains atteignent facilement les millions de dinars, le plafonnement des salaires est une aubaine pour les clubs comme le nôtre, qui a le plus petit budget de la Ligue 1. Au WAT, il nous arrive de payer près de 400 millions par mois uniquement pour les cotisations fiscales et parafiscales. C’est une charge lourde à supporter pour un club comme le nôtre. C’est pour cela que je dis que la nouvelle loi si elle venait à être votée par les députés, sera salutaires pour tous les clubs qui seront déchargées d’une très lourde charge financière, c’est un chemin incontournable, si on veut que les clubs ne mettent pas un jour la clé sous le paillasson. Actuellement, tous les clubs sont aux abois, indiquez-moi un seul club qui ne manque de ressources financières ? Donc, j’estime que cette idée sauvera les clubs d’une faillite certaine”, nous dira hier Abdelkrim Yahla. Questionné à propos de l’harmonisation des salaires, les aligner sur le même montant pour les 16 clubs de la Ligue 1, le patron du WAT reste très sceptique sur cette éventualité. “Il est impossible de voir cette éventualité se concrétiser sur le terrain, pour la simple raison que chaque président de club voit l’intérêt de son club avant toute autre considération.Nous ne sommes pas régis par un code de déontologie, c’est bien dommage ! Je vais vous dire une chose, la saison n’est pas encore terminé et on assiste à un bal de présidents qui sont en train de contacter des joueurs pour les faire venir au niveau de leur clubs, trouvez-vous cela normal ? Si on avait un code de déontologie, vous ne verrez jamais ce genre de pratique. Je vous le dis tout de suite, les présidents de club sont incapables de plafonner les salaires des joueurs pour un seuil maximal, car chacun voit ses intérêts avant les autres. On a cette impression de voir les maquignons face à des cheptels ! C’est une vérité que vit malheureusementnotre football”, conclut Yahla qui mise cette saison sur la Coupe d’Algérie dont son club accueillera samedi prochain au complexe Birouana de Tlemcen, le MCA pour le compte des 8es de finale de cette coupe, un match que les gars des Zianides ne veulent en aucun cas perdre pour aller loin dans cette compétition la plus populaire.
R. A.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..