Affaire Sonatrach I : 15 ans de prison requis contre l’ancien PDG Mohamed Meziane et son fils

Tsa; le Mercredi 20 Janvier 2016
41305

Le Procureur général près le tribunal criminel d’Alger a requis, ce mercredi 20 janvier, des peines allant d’une à 15 années de réclusion criminelle contre les 12 accusés de corruption dans l’affaire « Sonatrach 1 » et une amende de 5 millions de dinars contre quatre sociétés, rapporte l’agence officielle APS.
Après un réquisitoire de trois heures environ, le représentant du Parquet, Abdelaziz Boudraâ a requis une peine de 15 années de réclusion criminelle assortie d’une amende de 3 millions de dinars contre l’ancien PDG du groupe Sonatrach, Meziane Mohamed, le DG de groupe algéro-allemand Contel Algérie Funkwerk Al Ismail Mohamed Reda Djaâfar et le fils du PDG de Sonatrach, Meziane Mohamed Reda.
Le ministère public a requis, par ailleurs, des peines d’une à 8 années de prison fermes assorties d’une amende de 3 millions de dinars contre le directeur de la section de transport de la SPA Contel Algérie, Meghaoui Yazid Lyes et son père Meghaoui Hachemi. Une peine de 7 années de prison ferme et une amende de 3 millions DA ont été requises contre Meziane Bachir Fawzi, le deuxième fils de l’ancien PDG du groupe Sonatrach ainsi que Belkacem Boumediene, PDG adjoint chargé de l’activité en amont.
Pour ce qui est de l’accusé, Zenasni Benamar, ex-vice-président de Sonatrach chargé de l’activité de transport par canalisation-TRC, le représentant du ministère public a requis une peine de 6 années de prison ferme assortie d’une amende ferme d’un (01) million de dinars. Une peine de 3 années de réclusion criminelle et une amende de 3 millions de dinars contre la gérante du bureau d’études CAD, Meliani Nouria et une peine de 2 années de prison ferme contre Rahal Mohamed Chawki, ex-vice-président chargé des activités commerciales ont été également requises.
Une année de prison ferme assortie d’une amende de 200 000 DA ont été requises contre Hassani Mustapha (ancien directeur de production à Sonatrach) et Cheikh Mustapha (ancien directeur d’exploration) et Sanhadji Mohamed, directeur des activités centrales de Sonatrach.
Concernant les accusés Abdelaziz Abdelouahab, directeur exécutif de la gestion et du suivi des projets, et Aït Hocine Mouloud, chef du projet de restauration et de réhabilitation du siège de Sonatrach (Ghermoul) et président de la commission d’étude des offres techniques, il a été requis l’ « application de la loi » contre eux.
Le représentant du Parquet Abdelaziz Bouderaâ, a requis une sanction financière de 5 millions de dinars contre la SARL Contel Algérie et la société allemande Funkwerk Plettac, le groupe algéro-allemand Contel-Funkwerk et le groupe italien Saipem Contracting Algeria.
Les accusés sont poursuivis pour « association de malfaiteurs », « conclusion de marchés contraires aux dispositions législatives et règlementaires en vigueur en vue de l’octroi d’avantages infondés à autrui », « corruption dans des marchés publics », « blanchiment d’argent », « abus de pouvoir » et « dilapidation de deniers publics ».
Le Procureur général a insisté durant son long réquisitoire sur la nécessité d’ « appliquer la loi rigoureusement sur les accusés pour avoir porté atteinte à la sécurité et à l’argent publics et à la réputation de Sonatrach ».

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..