France : la police et l’armée votent massivement extrême-droite

Tsa; le Dimanche 10 Janvier 2016
40941

La fonction publique française, plus de six millions d’actifs répartis en trois catégories, vote traditionnellement « à gauche ». Mais une étude sociologique du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, montre à l’occasion des dernières élections régionales de novembre 2015, un succès inattendu des candidats du Front national.
Longtemps rétif aux formations d’extrême-droite, les salariés du secteur public ont voté lors de ce scrutin à hauteur de 24,6% pour le parti de Marine Le Pen. Soit un pourcentage juste en-dessous de sa moyenne nationale (27,3%), au premier tour des dernières élections régionales mais une très forte progression par rapport à la sociologie traditionnelle des votes de la fonction publique.
Et il apparaît surtout que le Front national gagne surtout des voix dans la petite fonction publique, chez les fonctionnaires les moins gradés, la catégorie C, la plus élevée étant la catégorie A des hauts fonctionnaires.
Les agents des collectivités territoriales n’échappent pas au phénomène. À hauteur déjà de 17% en 2012, le Front National rassemble maintenant 23,5% des voix des agents publics locaux. Parmi les fonctionnaires de catégorie C de la « territoriale », il culmine à 26,7%.
Dans les hôpitaux, un écart impressionnant sépare les cadres et personnels soignants des agents de terrain (homme de salle, maintenance…) au sein de la fonction publique hospitalière où ces derniers ont voté à 38,9% pour le FN ! C’est également dans le secteur hospitalier que le clivage culturel est le plus net : « 20% de ceux qui ont un diplôme d’études supérieures préfèrent le FN contre 43% de ceux qui ont le niveau baccalauréat », détaille l’étude.
Mais la progression la plus spectaculaire du parti de Marine Le Pen se produit dans les deux catégories qui forment les piliers de la sécurité de l’État et de la société française : les policiers et les militaires. L’étude du CEVIPOF relève que 51,5% d’entre eux ont déposé un bulletin Front national dans l’urne en 2015, contre 30% en 2012.
Parmi les motivations des électeurs FN, l’immigration
Comment ces électeurs votaient-ils pour les élections précédentes ? Très majoritairement à droite : plus de la moitié d’entre eux (58%) avaient voté pour Nicolas Sarkozy à la dernière élection présidentielle et 25% s’étaient abstenus ou avaient voté blanc et nul. 10% avaient voté pour François hollande à la dernière présidentielle.
D’où provient ce durcissement à droite des agents de la fonction publique ? L’auteur de l’étude, Luc Rouban, évoque l’« évolution de l’offre politique du FN qui défend désormais les services publics », une défiance vis-à-vis de « la gauche dont les fonctionnaires attendaient beaucoup après 2012 », et un « décalage entre les discours sur la République et la laïcité et les pratiques du terrain ».
L’enquête nous apprend également que 50% des fonctionnaires considèrent que la société se détériore en France, 15% seulement considèrent que les politiques publiques sont au service de l’intérêt général.
Beaucoup plus grave : dans les trois fonctions publiques, 20% des agents considèrent que les enfants d’immigrés nés en France ne sont pas des Français comme les autres et 50% que l’Islam constitue une menace pour l’Occident.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Pierre Morville, à Paris

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..