L’article 51 sur les binationaux amendé : un camouflet pour Ouyahia, des interrogations sur les décisions prises au nom du Président

Tsa; le Mardi 12 Janvier 2016
41036

Moins de 15 jours après l’avoir « validé », le 28 décembre, en conseil restreint, le président Abdelaziz Bouteflika a « ordonné », hier en Conseil des ministres, d’élargir l’article 51 du projet de révision de la Constitution sur les binationaux, en y ajoutant : « La loi déterminera la liste des hautes fonctions de l’État », rapporte l’APS qui est une source officielle. Comprendre : l’article a été amendé, même si le Conseil des ministres ne le mentionne pas dans son communiqué.
Dès que l’avant-projet de loi a été rendu public, mardi 5 janvier, par Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la Présidence, l’article 51 a suscité de vives réactions. Même Amar Saâdani a demandé son abrogation. Selon nos informations, cette disposition n’a été proposée par aucun des partis ou des personnalités qui ont pris part aux consultations menées par Abdelkader Bensalah puis par Ahmed Ouyahia. C’est Ahmed Ouyahia qui l’a introduite.
Mais il y a plus grave dans ce dossier. En amendant un article qu’il venait de valider, le président Bouteflika se déjuge et prend le risque de relancer les interrogations sur les décisions prises en son nom. Depuis plusieurs mois, des acteurs politiques, à l’image du groupe des « 19-4 », s’interrogent sur les capacités du chef de l’État à suivre les dossiers et à décider. La gestion de l’article 51 accrédite et renforce clairement cette thèse.
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Riyad Hamadi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..