L’échelle des valeurs

Tsa; le Lundi 11 Janvier 2016
4

Ce critère est essentiel pour la bonne organisation de toute société et il n’est absolument pas respecté dans la société algérienne. Ni dans le domaine de la politique, ni dans le domaine de l’économie, ni dans le domaine de la culture, ni dans un aucun autre domaine. C’est pourquoi nous avons constamment l’impression que nous vivons dans le chaos, la précipitation et le désordre total.
Une telle situation ouvre la porte à toutes les dérives mafieuses, corruptives et immorales dont la résultante essentielle est la dégradation du climat social et politique dans le pays et l’inexistence de rapports de confiance entre l’État et les citoyens et entre les citoyens eux-mêmes.
C’est ainsi que nous trouvons des personnes incompétentes occuper des postes dont ils ignorent totalement les rouages. Dans le domaine des arts et de la culture la pagaille règne d’une façon grotesque et terriblement injuste. Ainsi on honore de soi-disant artistes, invités à la Bibliothèque nationale, et dont le passé est plus que douteux et dont le comportement pendant la guerre de libération a été plutôt collaborationniste. Et cela se passe souvent sous l’égide de l’État qui ignore tout de cette racaille.
Ainsi des soi-disant intellectuels qui ont diffusé le « Qui tue qui ? à l’étranger » et ont accusé l’Armée nationale d’avoir commis des massacres dans les années 90, que le GIA de l’époque revendiquait haut et fort ; sont aujourd’hui invités pour donner des conférences sur… la Démocratie !! dans les universités algériennes et dans les colloques payés par l’État algérien.
Ainsi, aussi, les hommes d’affaires supposés et partis de rien se retrouvent, aujourd’hui, non seulement très riches mais deviennent des oligarques puissants et redoutables et dont l’influence sur le système étatique devient insupportable et nocive.
La raison de toute cette mascarade clownesque que vit le pays d’une façon permanente et qui l’affaiblit, dérive naturellement de ce que l’échelle des valeurs n’a jamais été instituée comme un des fondements essentiels de la République.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rachid Boudjedra

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..