La Banque d’Algérie va refinancer les banques : pourquoi et comment ?

Tsa; le Mardi 19 Janvier 2016
41283

« Il est attendu un retour des banques et établissements financiers au refinancement auprès de la Banque d’Algérie, notamment via le réescompte, à partir de février », a annoncé Mohamed Laksaci, le 6 janvier, lors de la présentation du rapport de conjoncture économique et financière. Une première pour les banques algériennes depuis 2001, a souligné le Gouverneur de la Banque centrale.
En quoi consiste le refinancement des banques ?

Comme toutes les banques centrales à travers le monde, « un des rôles de la Banque d’Algérie est de refinancer les banques commerciales, c’est-à-dire de leur fournir des liquidités (de la monnaie scripturale) lorsqu’elles en ont besoin », explique une économiste. But : « Fournir de la trésorerie aux banques commerciales leur permettant de faire face à leurs engagements envers la Banque centrale (achat de devises pour le compte de leurs clients) et les autres banques commerciales. En outre, plus les banques disposent de liquidité bancaire (ou avoirs en compte courant à la Banque centrale), plus elles disposent de ressources pour l’octroi de crédits », explique la même source.
Autre méthode utilisée, le réescompte. De quoi s’agit-il ? « C’est une opération qui consiste, pour la Banque centrale, à injecter de la liquidité dans le système bancaire – alimenter les comptes de ces banques à la Banque centrale ».
Pourquoi les banques ont-elles besoin de refinancement ?

Dans son dernier rapport, la Banque d’Algérie « a mis en évidence une forte contraction des liquidités, avec un volume de liquidité globale des banques, établi à 1 828 milliards de dinars à la fin septembre 2015, contre 2730 milliards fin décembre 2014 », explique l’économiste.
Selon le rapport de la Banque d’Algérie, dans le contexte actuel, « le rythme d’expansion des crédits à l’économie ne semble pas être soutenable sans recours de certaines banques au refinancement auprès de la Banque d’Algérie ». Les banques ont donc besoin d’argent.
« De plus, les enjeux actuels du gouvernement pour réduire la dépendance de l’Algérie aux exportations d’hydrocarbures par la diversification de son économie et par la production nationale nécessitent un soutien important des banques aux financements des investissements. Le refinancement des banques est donc une priorité pour l’année 2016 », explique l’économiste.
De quoi dépend l’évolution de la liquidité bancaire ?
 
« Pour comprendre la contraction des liquidités actuelles, il faut revenir aux facteurs qui déterminent l’expansion ou la contraction de ces liquidités en Algérie (ce qu’on appelle les facteurs de la liquidité bancaire). Schématiquement, ces facteurs sont au nombre de trois : le solde des entrées et sorties de devises (solde global de la balance des paiements ), les modalités de financement du solde global du trésor (quasiment le solde budgétaire) et le refinancement des banques par la Banque centrale », explique l’économiste.
« En Algérie, sur la période 2001-2012, le principal déterminant de l’augmentation de la liquidité bancaire a été le solde global de la BP. Ce dernier a été excédentaire tout le long de cette période en raison de l’augmentation quasi continue des prix des hydrocarbures qui constituent près de 97 % des exportations. Schématiquement, les recettes en devises issues des exportations d’hydrocarbures sont obligatoirement cédées (de par la réglementation) par l’entreprise nationale des hydrocarbures à la Banque centrale. En contrepartie, la Banque centrale crédite le compte de la banque commerciale ayant domicilié les opérations d’exportation et cette dernière crédite le compte de l’entreprise exportatrice. C’est donc les exportations d’hydrocarbures et corrélativement les excédents de la balance des paiements, et principalement l’excédent de la balance commerciale, qui ont ainsi alimenté l’expansion de la liquidité bancaire et les dépôts de l’entreprise exportatrice (donc la masse monétaire) », analyse-t-il.
« La liquidité bancaire (et son expansion), générée principalement par les exportations d’hydrocarbures s’est disséminée dans tout le système bancaire par l’intermédiaire des dépenses publiques, notamment d’investissement. Le paiement de la fiscalité pétrolière, qui constitue près des deux tiers des recettes budgétaires de l’État, implique le virement (transfert) d’une partie de la liquidité bancaire détenue par les banques domiciliataires des exportations d’hydrocarbures vers le compte courant du Trésor à la Banque centrale. Les décaissements du Trésor (dépenses publiques) au profit des fournisseurs et prestataires de services des administrations publiques (l’État), domiciliés dans les autres banques commerciales, alimentent, à leur tour, les comptes de ces banques à la Banque centrale (leur liquidité) », détaille l’économiste.
Pourquoi la liquidité des banques s’est-elle contractée ?

L’excès de liquidité dans le système bancaire algérien au cours des années 2001 à 2014 est lié aux excédents continus de la balance globale des paiements. Inversement, un déficit de la BP se traduira forcément, par une contraction de la liquidité bancaire.
C’est ce qui s’est passé au cours des neuf premiers mois de 2015 où le déficit du solde global de la BP a été de 20,82 milliards de dollars.
« La détérioration actuelle de la balance des paiements s’explique par le « violent » choc externe provoqué par la baisse importante des cours du pétrole de plus de 52 % entre août 2014 (100,4 dollars) et septembre 2015 (48,1 dollars). Avec les faibles cours du pétrole ces dernières semaines, la liquidité bancaire va forcément encore diminuer, puisque les entrées de devises sont en nette baisse », prédit l’économiste.
Dans ce contexte, « au niveau des banques commerciales, on a enregistré durant les neuf premiers mois de l’année 2015 une diminution des dépôts du secteur des hydrocarbures de 39,10% et une diminution des dépôts à vue de l’ordre de 11,96%, ce qui a contribué fortement à la baisse des liquidités », conclut-il.
 
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Shahinaz Benkaci

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..