Le candidat du RCD aux sénatoriales à Nordine Aït Hamouda : « Je ne suis pas hébergé gratuitement à Club des Pins »

Tsa; le Dimanche 17 Janvier 2016
41205

La polémique entre Nordine Aït Hamouda et le RCD se poursuit. Le président de l’APC d’Iferhounene visé par les attaques du fils du colonel Amirouche vient de réagir à son tour, dans un courrier adressé à TSA. « M. Aït Hamouda m’accuse d’avoir présenté ma candidature aux sénatoriales alors que je suis ‘un vieil illettré’. Moi aussi je suis un fils de Chahid et qui a élevé seul sa famille », affirme Hamid Aït Said, en rappelant son cursus scolaire. « J’ai fait mon école primaire et mon lycée. Je suis un peu plus jeune que M. Aït Hamouda et nous avons le même niveau d’instruction ».
Niveau d’instruction
Il évoque ensuite son bilan à l’APC d’Iferhounene qu’il dirige depuis 2007. « Avec 12 élus sur 15 à mes côtés, je crois avoir donné satisfaction à l’ensemble des citoyens », se vante le maire qui rappelle avoir obtenu 3500 voix lors des dernières élections. « Je rappelle ce que savent tous les militants : à cause du comportement insupportable de M. Aït Hamouda, la liste du RCD à Iboudrarene où il réside n’a obtenu que quelques voix. Lui-même n’a eu que 400 voix dans sa localité aux législatives de 2007 alors qu’il était tête de liste », souligne-t-il.
Hamid Aït Said affirme avoir proposé le retrait de sa candidature aux sénatoriales à la direction régionale suite à la « violente campagne » menée par Nordine Aït Hamouda contre lui et au nom de la direction du parti. « Tous, je dis bien tous les responsables et les élus que j’ai contactés, ont refusé ce chantage. Tous m’ont dit que c’est une question de principe non négociable et qu’il faut rappeler ce qui a toujours fait la force du parti : au RCD il n’y a pas de super militant. Il y a les structures, les statuts et le règlement intérieur et c’est tout. J’ai donc maintenu ma candidature », assure le président de l’APC.
Club des Pins
Hamid Aït Said lance indirectement des accusations contre le fils du colonel Amirouche. « En attendant le procès qu’il vient d’annoncer contre ma personne, procès où il m’obligera à dévoiler en détail ce qui est à la base de notre conflit, je dois dire que depuis deux ou trois ans je n’ai pas pu répondre aux grandes dépenses de M. Aït Hamouda comme j’avais essayé de le faire par le passé », affirme le maire d’Iferhounene.
À l’ancien député, le maire d’Iferhounene rappelle que ce n’était pas lui avait été « désigné vice-président de l’APN avec tous les privilèges de la fonction pendant quatre ans ». « Je ne suis pas hébergé gratuitement au Club des Pins ainsi que ma belle-famille… Et ce ne sont là que quelques-uns des avantages qu’il considère comme un droit », lâche-t-il.
Hamid Aït Said dit enfin espérer que Nordine Aït Hamouda trouve « un peu de calme ». « Une nouvelle génération est née dans le RCD. Elle ne supportera pas ce que nous avons bien voulu supporter de lui. Et c’est très bien comme ça. Au nom de notre ancienne amitié, je lui demande de bien réfléchir avant le grand naufrage que je ne lui souhaite pas, malgré tout le mal qu’il m’a fait », conclut-il.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hadjer Guenanfa

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..