Le point sur l’actualité nationale du 10 janvier

Tsa; le Dimanche 10 Janvier 2016
4

Démission de Chadli
À la veille du 25e anniversaire de la démission du président Chadli Bendjedid, le 12 janvier 1991, les langues se délient. Ce dimanche, son frère Khelifa est venu conforter la version officielle : le président Chadli Bendjedid a « démissionné par conviction et n’avait pas été poussé à la démission par les militaires », a-t-il affirmé dans un entretien au quotidien Echourouk publié ce samedi 9 janvier. « Il a jeté l’éponge parce qu’il pensait que c’était l’une des solutions pour permettre au pays de sortir de la crise », a-t-il ajouté.
Khaled Nezzar
Le général major à la retraite et ancien ministre de la Défense Khaled Nezzar crée la polémique. Quelques jours après la mort de Hocine Aït Ahmed, l’ancien ministre de la Défense est sorti de sa réserve pour démentir avoir proposé le poste de président de l’État à l’ancien chef du FFS. Mais une vidéo extraite d’un documentaire français, mise en ligne par TSA, met en doute sa version. Du coup, il a tenu hier une conférence de presse pour réaffirmer n’avoir jamais proposé le poste de président à Hocine Aït Ahmed.  Malgré les confirmations de plusieurs anciens membres du HCE dont Ali Haroune, l’ancien chef de sécurité militaire Mohamed Betchine et les déclarations du défunt lui-même, Khaled Nezzar maintient sa version.
Promotion immobilière
Les promoteurs immobiliers réclament une hausse des prix des logements qu’ils réalisent pour le compte de l’État. « 110 000 unités sur les 150 000 inscrites aux programmes de logements socio-participatifs (LSP) sont en cours de livraison » et les promoteurs réclament une révision en hausse des prix pour tenir compte de l’envolée des prix des matériaux de construction. Selon Liberté, ils ont demandé à revoir à la hausse « les prix du logement à 4,2 millions de dinars au lieu des 2,8 millions fixés initialement pour les logements LSP ». Dans le cas contraire, ils menacent d’arrêter les travaux si leur revendication n’est pas étudiée « Nous ne pouvons pas continuer sur cette lancée. Si les prix ne sont pas révisés à la hausse, nous arrêtons les travaux ».
Relogement
110 familles habitaient des terrasses et des caves de plusieurs immeubles relevant de la commune d’Alger-Centre ont été relogées hier dans le cadre de la 20e opération de relogement dans la capitale. Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh a annoncé que « tous les gourbis de la capitale seront rasés cette année et les occupants seront recasés (…) nous sommes déterminés à en finir définitivement avec le bidonville en 2016 ».

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Walid Hamada

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..