Le RCD répond à Nordine Aït Hamouda

Tsa; le Mercredi 13 Janvier 2016
41060

« Nordine Aït Hamouda verse encore dans une diatribe où les mensonges et les contradictions pulvérisent son propre palmarès », écrit le président du bureau régional du RCD à Tizi Ouzou en réponse à la mise au point de l’ex-député et l’un des membres fondateurs du parti.
Dans cette déclaration adressée à TSA et que nous publions intégralement ci-après, le responsable régional du parti affirme que le problème entre Nordine Aït Hamoud et le candidat aux dernières sénatoriales (président de l’APC d’Iferhounene) est « d’ordre privé ». « Il vaut mieux pour lui que ce candidat ne révèle pas les véritables raisons qui l’ont opposé à lui », prévient-il.
Il accuse ensuite Nordine Aït Hamouda d’avoir contacté « secrètement et au nom de la direction des dizaines d’élus pour leur dire que finalement le parti avait changé de stratégie, que le RCD préférait viser la présidence de l’APW, occupée par le candidat du FFS qui devait aller au Sénat, ce qui exige l’élimination de notre candidat », explique le responsable du bureau régional du parti qui ajoute : « Ces élus qui se sentent trahis existent et ils ont témoigné en commission d’enquête.
Selon lui, contrairement à ce qu’il affirme, Nordine Ait Hamouda « n’a jamais payé ses cotisations de militant ni versé ses indemnités comme le font les anciens députés restés militants et il ne figure sur aucun fichier organique ».
« Comment cet homme qui jure de sortir sur le terrain pour redresser tous les tords du monde a-t-il accepté de voir sa carte « bloquée délibérément » depuis mars 2012 à ce jour sans dire un mot ? Et plus mystérieux, comment a-t-il pu être à jour de ses cotisations sans avoir sa carte ? ».
Le président du bureau régional du RCD qualifie les accusations de Nordine Aït Hamouda concernant le rapprochement entre le RCD et le FLN de «  plaisanterie d’ordre stratégique ».
« Nous apprenons que M. Ait Hamouda redoute ‘une allégeance du RCD au FLN’ !!! Venant de quelqu’un qui s’est démené récemment encore comme un forcené pour ramener les voix de ses amis du FLN au parti pour lequel il a fait campagne en lui assurant son alliance à l’APW, prête à sourire. Ces mensonges qui en annoncent d’autres connaîtront le traitement qu’ils méritent », conclut-il.
Le texte intégral de la mise au point du bureau régional du RCD
DIATRIBE :  M. AIT HAMOUDA BAT SON PROPRE RECORD
Dans une mise au point adressée au journal électronique TSA, M. Ait Hamouda verse encore dans une diatribe où les mensonges et les contradictions pulvérisent son propre palmarès.
Il déclare : « Lors du dernier congrès du RCD, j’ai choisi de rester simple militant de base et de ne pas m’immiscer dans son fonctionnement… (du RCD) » Plus loin il écrit : « pour les sénatoriales, j’étais contre la participation et puisque le conseil national, instance souveraine, même parasité, avait approuvé la participation, il fallait choisir un jeune intellectuel et non pas un vieil illettré… sur ce, j’ai refusé de faire campagne après les primaires ».
Voilà donc un militant de base qui ne « s’immisce pas dans le fonctionnement » du parti mais qui se donne le droit de contester la décision « d’une instance souveraine »  parce que, lui, la trouve «  parasitée » et qui discrédite un candidat qui n’a pas été « choisi » mais confortablement élu lors d’une primaire organisée publiquement et saluée par tous. Ledit candidat est P/APC d’Iferhounene, village qu’il a transformé en pôle urbain exemplaire pour le plus grand bien des populations qui l’ont élu à deux reprises et où il siège actuellement avec une majorité de 12 élus sur 15. Depuis quand les élus du Sénat doivent-ils être obligatoirement « des jeunes » ? Le « vice-président de l’APN » oublie que la loi exige d’avoir plus de 35 ans pour postuler à ce poste ? La haine vouée au candidat du RCD est ailleurs.
Sur les autres critères, M. Ait Hamouda gagnerait à avoir un peu de mémoire car il sait à quel âge et avec quel niveau scolaire il a été retenu pour plusieurs élections. Sur ce point, et sans en dire plus pour l’instant, car le vrai problème est d’ordre privé, il vaut mieux pour lui que ce candidat ne révèle pas les véritables raisons qui l’ont opposé à lui. Et il n’est pas le seul. Car selon M. Ait Hamouda, en plus du conseil national qui est « parasité », en plus des centaines d’élus du parti qui n’ont pas voté aux primaires selon son désir et qui doivent être sanctionnés ; le maire de Tizi Ouzou doit tomber (voir Le Soir d’Algérie des 11 et 13 janvier), le BR qui refuse ses caprices doit être changé… Tous ces abus se font sans « s’immiscer dans le fonctionnement du parti ».
Par ailleurs, contrairement à ce qu’il avance et conformément à ce que nous avons dit dans notre précédent communiqué, il n’a pas « refusé de faire campagne », ce qui est son droit en tant que personne étrangère aux structures mais il a contacté secrètement et au nom de la direction des dizaines d’élus pour leur dire que finalement le parti avait changé de stratégie, que le RCD préférait viser la présidence de l’APW, occupée par le candidat du FFS qui devait aller au sénat, ce qui exige l’élimination de notre candidat. Ces élus qui se sentent trahis existent et ils ont témoigné en commission d’enquête.
Arrive ensuite les grossiers mensonges qui présagent de la future ligne de défense de celui qui se rêvait parrain du RCD : « je suis militant dans la section d’Iboudrarene à jour de mes cotisations depuis le renouvellement de ma carte bloquée délibérément » !! ajoutant : « la preuve est que j’ai animé une conférence au bureau de section de TO à la demande de la direction régionale ».
Ait Hamouda n’a jamais payé ses cotisations de militant ni versé ses indemnités comme le font les anciens députés restés militants et il ne figure sur aucun fichier organique. Les vérifications sont faciles : les registres du parti sont ouverts à tous. Comment cet homme qui jure de sortir sur le terrain pour redresser tous les tords du monde a-t-il accepté de voir sa carte « bloquée délibérément » depuis mars 2012 à ce jour sans dire un mot et, plus mystérieux, comment a-t-il pu être à jour de ses cotisations sans avoir sa carte ?
Autre mensonge : les trois présidents qui se sont succédés au bureau régional de Tizi Ouzou depuis 2012 n’ont jamais invité M. Ait Hamouda à des rencontres publiques. Les BR du RCD organisent partout des conférences avec des personnes qui souhaitent s’exprimer. Pour ce qui le concerne, il  s’est à chaque fois proposé, pour ne pas dire imposé, afin d’émettre des opinions dont certaines sont d’ailleurs contraires aux positions de notre parti qui refuse d’avoir à choisir entre le DRS ou le clan présidentiel. Il suffit de voir à ce propos les déclarations qu’il a faites à madame Salima Tlemçani dans le quotidien El Watan du30 aout 2015.
La dernière plaisanterie est d’ordre stratégique et concerne la direction nationale. Nous apprenons que M. Ait Hamouda redoute « une allégeance du RCD au FLN » !!! Venant de quelqu’un qui s’est démené récemment encore comme un forcené pour ramener les voix de ses amis du FLN au parti pour lequel il a fait campagne en lui assurant son alliance à l’APW, prête à sourire.
Ces mensonges qui en annoncent d’autres connaitront le traitement qu’ils méritent.
Les citoyens savent où et comment M. Ait Hamouda a fait ses débuts en politique. Ils savent ce que le RCD a voulu en faire. Ils viennent de voir ce qu’il peut leur offrir désormais.
Le Bureau Régional de Tizi Ouzou.
M . HAMDOUS

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hadjer Guenanfa

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..