Le scénario de la succession a atteint ses dernières étapes !

Tsa; le Lundi 11 Janvier 2016
4

Je n’écrirai pas sur le contenu de l’avant-projet de révision constitutionnelle, dévoilé par la caste au pouvoir après avoir joué toutes ses cartes, car ce projet constitue une escroquerie pour le peuple. Je préfère me pencher sur la période d’après cette révision et la dernière étape de la mise en œuvre du scénario du transfert du pouvoir par héritage. Un scénario préparé par l’entourage du Président depuis un moment, afin de ne pas céder le pouvoir après le départ de Bouteflika.
De nombreux observateurs de la scène politique nationale s’accordent à dire que le Président a gouverné l’Algérie pendant seulement trois mandats depuis 1999. Depuis avril 2014, c’est son frère cadet et néanmoins son conseiller spécial, Saïd Bouteflika, qui gère le pays par procuration après avoir conclu un accord avec les Français au Val-de-Grace. Aujourd’hui, il entame la dernière étape de son scénario qui lui permettra de se maintenir au pouvoir pour un deuxième mandat. Mais cette fois-ci en tant que président officiel de l’Algérie, en excluant tous les candidats potentiels que le président Abdelaziz Bouteflika présentait à un moment donné comme ses successeurs, à l’image de Abdelmalek Sellal, Ahmed Ouyahia, Abdelaziz Belkhadem et le général Abdelghani Hamel.
Tous les indices indiquent que Saïd Bouteflika, Amar Saâdani, Ali Haddad et Abdeslam Bouchouareb ont réussi à convaincre le Président que son frère cadet est capable d’assurer la protection de la caste et sa continuité au pouvoir. Et cela en écartant l’éventualité d’une sortie de Bouteflika et ceux qui sont avec lui par la petite porte, après leur échec dans la gestion du pays, conduit vers davantage de régression et de tension. Une situation qui le place sous la menace d’une implosion sociale qui pourrait se produire à tout moment, car cette caste a perdu la confiance du peuple et son soutien.
Les signes de ce scénario commencent à se dessiner à l’horizon depuis les derniers changements effectués à la tête du DRS. Avant cela, il y a eu la mise à l’écart d’Abdelaziz Belkhadem. Il viendra, très prochainement, le tour d’Abdelmalek Sellal qui sera éloigné de la course à la présidence en le nommant à la tête du Conseil constitutionnel ou bien comme directeur de cabinet à la présidence. La prochaine victime sera Ahmed Ouyahia qui sera limogé parce qu’il a compris le scénario de la succession et il a refusé d’intégrer le front constitué par Saâdani pour soutenir Saïd Bouteflika et non Abdelaziz qui n’est plus nécessaire à cela. Quant au général Abdelghani Hamel, il serait momentanément épargné en raison de sa réussite dans sa mission à la tête de la police, de son engagement avec le Président et du fait qu’il n’a affiché aucune ambition de succéder à Bouteflika.
Après la révision de la Constitution, Saïd Bouteflika passera au placement de ses hommes à tous les niveaux, tout en excluant ceux qui suscitent des doutes et qui refusent l’État civil promis. La prochaine victime pourrait être le chef d’état-major de l’ANP qui refuse de prêter allégeance à une autre personne en dehors d’Abdelaziz Bouteflika ; il refuse aussi le choix d’un successeur sans qu’il ne donne son accord, d’autant plus qu’il émet des réserves sur certains noms proposés, alors que personne ne connait son avis sur le scénario de transfert du pouvoir par héritage.
Ce groupe n’hésitera pas à perpétrer de sales besognes pour préparer la voie à Saïd Bouteflika. Il fomentera des coups d’État et des mouvements de redressement au niveau de certaines organisations, associations et partis politiques qui s’opposent à ce scénario. Il va tenter de s’attaquer à Louisa Hanoune, à Abderrazak Makri et Sofiane Djilali, comme il essaiera de perturber Ali Benflis et Abdallah Djaballah ainsi que les personnalités et les voix qui dénoncent son projet.
Ce scénario sera accompagné par la fermeture de certaines chaînes de télévision privées sous prétexte qu’elles sont illégales. Les pressions vont également s’accentuer sur certains titres de la presse qui seront privés de publicité. Parallèlement, les investissements français en Algérie augmenteront. De même, le volume des concessions politiques et économiques au profit des Français et des États-Unis d’Amérique augmentera aussi. Ces deux pays commencent déjà à cueillir le fruit de leur silence sur le quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika et ils veulent davantage de concessions pour passer sous silence le second mandat de Saïd Bouteflika qui sera synonyme du parachèvement du scénario de la succession.
Après l’adoption de la nouvelle Constitution, vers la fin du mois de février prochain, il y aura la nomination d’Abdeslam Bouchouareb en tant que Premier ministre pour asseoir la mainmise sur les institutions et préparer les conditions pour l’organisation d’une présidentielle anticipée. Cela devrait intervenir au courant de l’année en cours pour respecter les engagements pris avec les hommes d’affaires et les partenaires étrangers, tout en garantissant la continuité de la caste au pouvoir.
Tels sont donc les contours de l’État civil promis par cette caste qui prétend redonner la parole au peuple après avoir cassé le service du DRS, émietté le reste des institutions et intimidé les Algériens. Tout cela pour permettre à cette fratrie de désigner elle-même le futur président sans se soucier de la volonté populaire. Mais elle ne réalise pas que le peuple n’acceptera pas cette fois-ci la violation de sa volonté et le remplacement du DRS par un système policier et dictatorial évoluant en dehors des institutions de la République ; un système qui s’allie avec la France contre les intérêts de l’Algérie et des Algériens.
Le peuple ne permettra pas la transformation de l’Algérie en un royaume ou en propriété privée d’un gang qui veut détourner l’État, violer la volonté populaire et jeter les bases d’un pouvoir totalitaire et policier qui conduira inévitablement à une implosion sociale très proche.
derradjih@gmail.com

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hafid Derradji

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..