Lecture de la semaine : le choix de l’écrivain Mohammed Chérif Ghebalou

Tsa; le Jeudi 7 Janvier 2016
40854

L’écrivain-journaliste et essayiste, Mohammed Chérif Ghebalou, est l’auteur de plusieurs ouvrages dont des romans, recueils de poésie et de nouvelles parmi lesquels : La Fontaine du Roseau, Les Flots du souvenir, L’écume sur le rivage, Les Vagues de l’espérance.
Le poète Ghebalou a choisi de partager avec vous un recueil de poèmes de l’auteur, Rachid Rezagui, intitulé Les mots pour dénoncer les maux.
« C’est un recueil de poèmes de la souffrance. L’auteur use de jeu de mots comme l’indique l’intitulé, mettant toute la chaleur émotionnelle qui permet de considérer la parole comme étant, d’une part, une arme thérapeutique pour celui qui souffre et soutenir les personnes dans la détresse. Et d’autre part, de dénoncer en même temps les obstacles qui peuvent freiner l’évolution de la société algérienne dans le bon sens, celui démocratique.
Dans ses différents poèmes, l’auteur met en relief une sorte d’énonciation poétique : la rime, des assonances, qui font ressortir une certaine clarification de la pensée de Rachid Rezagui ou de son émotion créative traduite d’ailleurs par des formes artistiques.
Ainsi, le livre se distingue par une approche un peu particulière et intéressante de connivence, de corrélation entre la poésie et la peinture dans le sens où le texte poétique est agrémenté par une illustration de l’artiste peintre, le plasticien, Karim Serboua. Une complémentarité artistique avec l’écriture poétique qu’on trouve rarement dans la littérature algérienne. Cette fusion fascinante entre la production poétique et l’art plastique, dégage une note d’harmonie entre le signe linguistique celui de la poésie et le signe (plastique) celui de l’art.
Donc cette complémentarité est très importante, car elle permet à chaque créateur, poète de soutenir cette flamme de l’émotion et ce partage de la souffrance et c’est important dans ma conception.
Je pense que l’approche philosophique de Rachid Rezagui renferme une extraordinaire énonciation d’un avenir radieux où toute cette poésie de la souffrance est mise en ballottage. Le message est qu’il ne faut jamais abdiquer mais plutôt maintenir toujours la flamme du combat pour illuminer la douleur et la souffrance ».

Categorie(s): société

Auteur(s): Nadjwa Khelil

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..