Mais où sont donc passées les révolutions arabes ?

Tsa; le Mercredi 20 Janvier 2016
4

Depuis janvier 2011, le mythe a été forgé de toutes pièces par l’Occident perfide. Cela a commencé par la Tunisie où un pauvre marchand de légumes s’est immolé par le feu, parce qu’une policière l’avait giflé après qu’il l’eût insulté grossièrement en tant que femme et femelle. Cet homme s’est immolé par pure misogynie et pure misère atroce.
À ce moment, pour l’Occident toujours manipulateur, la Tunisie était un modèle de démocratie, de bien-être et d’harmonie sociale parfaite. Mais avec cet incident de Sidi Bouzid, la vraie Tunisie est sortie dans la rue, déchirant tout d’abord les immenses affiches qui représentaient une Tunisie touristique et recouverte de jasmins, de beaux bruns de filles outrageusement maquillées et suintant la joie de vivre.
Plus d’affiches, donc, et une répression horrible de Ben Ali, l’homme à tout faire de l’Occident. Un bain de sang ! Et cette « révolution » est tout de suite récupérée par les hommes politiques et par les médias de l’Europe qui fait semblant de découvrir un pays misérable et opprimé.
Puis l’Égypte, dirigée par un maréchal gâteux et bedonnant préparant un de ses fils à lui succéder. Il dirigeait l’armée la plus riche, la plus opulente et la plus corrompue de la planète dont le travail consistait à tabasser, torturer et abattre tout ce qui bouge. Là aussi, l’Occident fit semblant de découvrir l’horreur égyptienne et vite, il applaudit cette révolution égyptienne.
Puis la Libye ! Quoi la Libye ? Kadafi avait une sale gueule, s’habillait avec des vêtements traditionnels et plantait sa tente devant l’Elysée. Brusquement, on découvre que c’est un dictateur, ami de la France, certes, mais dictateur, quand même. Et de trois !
Il pleuvait des révolutions dans le Maghreb comme il pleuvait des bombes « bushiennes » sur le Moyen-Orient.
Et puis, il y a ce pays qui s’appelle Syrie. Il fallait lui fermer la gueule avec sa laïcité, sa gestion des 126 religions et sectes etc. À rayer de la carte !
Et puis la propagande européenne avec la complicité indéniable et assassine des médias. Tous les médias.
Enfin, résultat de ces révolutions, le boomerang djihadiste, encouragé et financé par l’Occident et ses alliés wahhabites et sanguinaires, qui revient dans la gueule de ces pays qui ont joué avec le feu pour des raisons purement matérialistes, pour l’appât du gain le plus sordide.
Mais aujourd’hui, l’Occident efface, d’un trait, sans aucun remords, sans aucune mauvaise conscience les quatre années « révolutionnaires arabes » pour annoncer solennellement et d’une seule voix :
« L’échec désastreux des révolutions arabes ! »
Nous, nous l’avions prévu et annoncé dès l’immolation de ce pauvre bougre de marchand de légumes, à Sidi Bouzid. C’était le 11 janvier 2011.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rachid Boudjedra

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..