MCA : Achour Betrouni plaide pour la suppression des primes de matchs

Tsa; le Lundi 18 Janvier 2016
41252

Ce n’est un secret pour personne. Le niveau du championnat algérien jugé généralement très bas, ne justifie nullement les gros investissements des dirigeants des clubs sur leurs joueurs. Cette réalité saute aux yeux chaque week-end au vu du spectacle ennuyeux auquel ont droit les amateurs de la balle ronde. Pis, pratiquement toutes les rencontres, notamment les derbies, se jouent désormais dans les tribunes.
Il se trouve que le MCA est le club le plus perdant dans l’affaire. Le Doyen débourse plus de cinq milliards de centimes en guise de masse salariale chaque mois, alors que les résultats de son équipe sont loin de justifier toutes ces dépenses. Face à ce lourd fardeau, la direction mouloudéenne n’arrive plus à honorer ses engagements. La preuve, ses joueurs ne sont pas payés depuis trois mois, et certains d’entre eux n’ont pas manqué de monter au créneau avant le précédent derby perdu face au CRB pour réclamer leurs dus.
Une attitude ayant agacé au plus haut point le président des Vert et Rouge, Achour Betrouni, pour reprendre ses propos. Il a jugé « inconcevable » le comportement des siens la veille d’un match aussi important et particulier, alors qu’il avait tout le temps donné des garanties pour que ses poulains soient régularisés.
Bataille perdue d’avance
Ce n’est pas tout, puisque, et c’est Betrouni qui le révèle, ce sont les joueurs eux-mêmes qui ont fixé à 30 millions de centimes la prime de la victoire face au CRB. Une exigence à laquelle le boss mouloudéen s’est soumis, mais sans pour autant que cela ne soit une source de motivation supplémentaire pour les coéquipiers de Chaouchi afin de s’y imposer.
À l’arrivée, et face aux difficultés financières énormes que le MCA rencontre, tout comme pratiquement tous les autres clubs professionnels en Algérie, Betrouni songe carrément à supprimer les primes de matchs. « Je ne vois pas pourquoi on donne des primes de matchs à des joueurs qui touchent de gros salaires ? », s’interroge le président du Mouloudia dans une discussion en aparté avec TSA.
Seulement, l’homme sait pertinemment que pour mettre son idée à exécution, il lui faudra l’adhésion de ses pairs au niveau des autres clubs. Raison pour laquelle il compte entamer une discussion dans ce sens avec les concernés. Mais d’ores et déjà, ils sont nombreux à prédire l’échec à cette initiative. L’expérience a montré que la solidarité n’a jamais existé entre les dirigeants du football algérien. Ces derniers, guidés par leur mentalité « clubard » ne joueront jamais le jeu.

Categorie(s): Sport

Auteur(s): Merouane S.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..