Mohand Cherif Hannachi, président de la JSK : « En Kabylie, on ne veut pas investir dans le foot »

Tsa; le Mardi 5 Janvier 2016
40764

Le président de la JSK, Mohand Chérif Hannachi, revient dans cet entretien sur l’actualité de son club. Il se projette aussi dans l’avenir en parlant des objectifs pour l’actuel exercice et celui de la saison prochaine.
Vous avez réussi à recruter Ferhani et Mebarki. Comment se présente pour vous la suite de ce mercato hivernal ?
Je pense déjà que c’est une bonne chose que d’avoir réussi à engager deux éléments de valeur. Il nous reste encore deux licences à pourvoir et on est sur la piste de bons joueurs à même d’apporter le plus dont on a besoin afin de rebondir au cours de la phase retour du championnat.
On annonce la signature de Harrouche. Le confirmez-vous ?
Il n’est pas question que Harrouche signe, du moins, pas aujourd’hui. Si on arrive à récupérer sa lettre de libération de chez son président, Amani, il pourra parapher son contrat à la JSK. Dans le cas contraire, on est sur d’autres pistes tout aussi intéressantes. D’ailleurs, on est en train d’étudier l’éventualité de recruter un joueur franco-algérien évoluant comme milieu récupérateur. Il est en mesure, en outre, de jouer en défense vu son gabarit. Il mesure 1m90 ce qui est un avantage. De toutes les façons, on sera très pointilleux dans nos choix pour ne pas refaire les mêmes erreurs qu’à l’intersaison avec un recrutement catastrophique qui nous a menés à la situation que tout le monde connaît.
« Si Seddiki s’obstine il passera un an et demi sans jouer jusqu’à la fin de son contrat »
Justement en parlant du recrutement estival. Que reprochez-vous aux joueurs signataires avant le début de la saison ? D’autant que les Diawara, Boulaouidet et Malo ont brillé lors de la phase aller ?
En vérité, ce n’est pas à moi, en tant que président, d’expliquer ce qui a cloché au cours du mercato estival. Mais je pense que le constat est vite fait avec le rendement bien en deçà des espérances d’un club de la stature de la JSK. Je tiens, néanmoins, à préciser que c’est moi qui ai recruté les Boulaouidet, Malo, Diawara, Seddiki. Pour les autres, j’estime qu’ils n’ont pas le niveau pour jouer à la JSK.
En parlant de Seddiki, y a-t-il du nouveau concernant son souhait de quitter la JSK ?
Son manager m’a appelé hier et je lui ai expliqué que son joueur passera en Conseil de discipline et qu’il payera cher ce qu’il est en train de faire.
Pourquoi vous opposez-vous à son départ alors que vous avez lâché Yesli qui, lui aussi, ne voulait plus rester ?
Justement, c’est son ami. Il veut lui emboîter le pas et Yesli lui a montré la voie. Je vous assure que ça ne se passera pas comme il veut. Il est sous contrat et s’il s’obstine il passera un an et demi sans jouer jusqu’à la fin de son contrat.
Qu’en est-il du recrutement d’un gardien de but. Apparemment ce n’est plus d’actualité…
On attend de voir ce que révéleront les examens qu’effectuera Azzedine (Doukha, NDLR) ces jours-ci. D’ailleurs, il est parti à Sidi Moussa, au Centre technique national, pour faire un bilan complet. Si ce n’est pas trop grave et qu’il ne sera indisponible que pour un ou deux matches, on se débrouillera avec les deux gardiens de but que renferme l’actuel effectif. Ce sont des jeunes mais ils devraient faire l’affaire.
« La JSK est parmi les équipes qui ont lancé le plus de jeunes joueurs cette saison »
Nombreux sont les anciens joueurs comme Saïb et Fergani qui vous reprochent de ne pas miser assez sur les jeunes du cru. Un commentaire…
Je crois que la JSK est parmi les équipes qui ont lancé le plus de jeunes joueurs cette saison. Le dernier en date est Tafni qui a pris part aux deux dernières rencontres face au MCO et avant cela à Relizane en Coupe d’Algérie. Avant lui il y a eu les Aiboud, Raïah, Ihadjadene et autre Ferguène. Pas plus tard que ce matin j’ai assisté à la séance d’entraînement. Ils étaient près de 13 jeunes joueurs à travailler avec l’équipe première sous les yeux d’un grand entraîneur qui est Bijotat. C’est à lui que revient le choix des éléments qu’il juge apte à prendre part aux matches officiels. Il est vrai qu’il y en a des bons et des moins bons, sauf qu’ils représentent l’avenir du club.
Vous évoquez l’avenir parce qu’on peut dire que la saison actuelle est ratée après l’élimination précoce en Coupe d’Algérie et votre classement en championnat…
Au risque de me répéter, ce sont là les résultats du recrutement nul réalisé en été. Maintenant, on a ramené deux nouveaux joueurs en attendant les deux autres qui devront rejoindre notre club. Ce renfort de choix devrait permettre à la JSK de retrouver son statut de grande équipe. Il faut avouer qu’on n’a pas une équipe pour jouer le titre, sauf qu’on espère finir la saison sur le podium ou à la limite dans les places d’honneur. On préparera en parallèle la saison prochaine qui, je le promets, sera plus fructueuse.
« Des Tunisiens qui veulent investir en Kabylie ont proposé de nous construire le centre de formation gratuitement »
Y a-t-il du nouveau concernant le nouveau stade et le centre de formation ?
Pour ce qui est du centre de formation, on attend le retour de Malik Azlef de France. Il est promoteur immobilier et il se chargera de bâtir le centre de formation. Il y a aussi des Tunisiens qui veulent investir en Kabylie. On est en discussion avec eux et ils ont proposé de nous construire le centre de formation gratuitement. Pour ce qui est du stade, il ne manque que la toiture. Je ne suis pas expert en la matière, toutefois j’estime qu’il devrait être prêt dans 6 à 7 mois. On devrait pouvoir l’utiliser lors de la saison prochaine.
Beaucoup de présidents de clubs de Ligue 1, notamment, se plaignent de la situation financière difficile que vit leur club. Qu’en est-il de la JSK ?
Écoutez, vous êtes au courant de ce qui se passe dans notre football. Trouvez-vous normal que 4 clubs prennent tout et qu’on laisse les autres livrés à leur sort ? C’est grave que le Mouloudia bénéficie de 100 milliards alors que le reste des clubs n’a droit à rien.
« Tout a été combiné et taillé sur mesure pour favoriser des clubs au détriment des autres »
On pourrait vous dire qu’en qualité de club professionnel, il faut vous débrouiller tout seul…
Ils n’ont rien à dire. Nous avons tous le même statut alors pourquoi sortir cet argument seulement pour une partie des clubs. C’est clair comme de l’eau de roche. Tout a été combiné et taillé sur mesure pour favoriser des clubs au détriment des autres.
Raouraoua avait proposé d’ouvrir le capital des clubs aux investisseurs. Pour votre part, vous avez parlé d’inviter tous ceux qui étaient prêts à mettre la main à la poche pour aider le club à se présenter. Y a-t-il eu des prétendants ?
Vous savez en Kabylie, on ne veut pas investir dans le foot. On reçoit des gens qui aiment le club et qui donnent parfois des aides. Il y a, aussi, un promoteur ayant réalisé un projet à Tizi qui nous a donné un peu d’argent, mais sans plus. C’est à moi de chercher les investisseurs, comme le cas des Tunisiens dont je vous ai parlé. Aussi, il y a mes frères qui injectent de l’argent dans les caisses du club. Malgré ça on arrive, quand même, à payer les joueurs.

Categorie(s): Sport

Auteur(s): Karim A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..