Pourquoi Raouraoua continue à ménager Hayatou ?

Tsa; le Mercredi 13 Janvier 2016
41055

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, continue à ménager le patron de la Confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou, qui assure actuellement l’intérim à la tête de la FIFA, après la démission de Sepp Blatter.
Raouraoua évite de critiquer et de froisser publiquement Hayatou qui a pourtant privé notre pays de l’organisation des prochaines éditions de la coupe d’Afrique des Nations (CAN). C’est sans doute le plus grand échec de Raouraoua depuis qu’il est à la tête de la Fédération. L’Algérie doit attendre 2025 pour espérer abriter cette grande messe de la balle ronde africaine qu’elle avait organisée et remportée en 1990. La CAN 2017 a été attribuée au Gabon et celle de 2019 au Cameroun, en guise de cadeaux aux Gabonais qui ont aidé la Guinée Équatoriale dans l’organisation de la CAN 2015 et à son pays qui n’a pas eu l’honneur d’organiser cette manifestation depuis 1972.
L’édition de 2021 sera abritée par la Côte d’Ivoire alors que celle de 2023 est offerte à la Guinée qui ne s’est même pas portée candidate. Pis encore, l’attribution de cette CAN 2023 n’était même pas inscrite, au départ, à l’ordre du jour du Comité exécutif de la CAF. Même les Guinéens étaient étonnés et surpris d’autant plus qu’ils n’ont déposé aucune candidature.
Interpellé par un confrère sur l’affront qu’avait subi notre pays, Raouraoua s’est contenté de dire lors de sa dernière rencontre avec la presse nationale que « cela relevait du passé », lui qui ne s’est jamais exprimé sur le sujet, contrairement au ministre des Sports de l’époque, Mohamed Tahmi, qui avait crié au scandale et affirmé que la candidature de notre pays était victime des jeux de coulisses. Le président de la FAF est allé jusqu’à affirmer qu’il entretient encore de « bonnes relations » avec Hayatou, alors que tout le monde sait que les ponts sont rompus entre les deux hommes.
Raouraoua évite de rencontrer le patron de la CAF. Il a d’ailleurs brillé par son absence lors de la finale retour de la Ligue des champions d’Afrique qu’avait disputée l’USM Alger à Lubumbashi, mais aussi lors de la récente cérémonie des Glo-CAF Awards à Lagos où il a été représenté par le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj. Il écarte même l’éventualité d’affronter le puissant dirigeant camerounais aux prochaines élections de la CAF.
Hayatou n’a jamais caché son intention de briguer un nouveau mandat après avoir supprimé la limite d’âge en modifiant le règlement qui stipulait qu’au-delà de 68 ans, personne ne pouvait être en mesure d’occuper la fonction de président de la CAF. Hayatou aura 70 ans l’année prochaine où l’AG élective va se tenir au Gabon en marge de la CAN 2017. « Je ne serai pas candidat à la CAF », a annoncé Raouraoua qui a vraisemblablement peur de perdre une nouvelle bataille contre l’indéboulonnable Hayatou, élu en 1988 au Maroc grâce au soutien de… l’Algérie.

Categorie(s): Sport

Auteur(s): Ali Ouezzane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..