Visite d’Alain Juppé : « Le déplacement en Algérie est une étape incontournable pour tout présidentiable »

Tsa; le Jeudi 21 Janvier 2016
41362

Erwan Davoux est le responsable des Français de l’étranger dans l’équipe d’Alain Juppé et le chargé de mission des Républicains pour la 9e circonscription des Français de l’étranger. Il revient sur la prochaine visite en Algérie du candidat aux primaires de droite. Entretien.
Alain Juppé doit effectuer une visite de trois jours en Algérie à la fin du mois de Janvier. Quel est le but de ce déplacement ? Pouvez-vous nous en dire plus sur le programme ?
Le déplacement en Algérie est une étape incontournable pour tout présidentiable. C’est une marque de l’importance qu’Alain Juppé attache à la relation bilatérale avec l’Algérie et plus globalement avec la rive sud de la Méditerranée. Concernant le programme, il y a deux étapes, une à Oran qui est une ville jumelée avec la ville de Bordeaux, dont Alain Juppé est maire, et une deuxième étape à Alger à partir du lundi 1er février.
Avez-vous plus d’informations sur les personnes qu’il va rencontrer ? Une entrevue avec le président Bouteflika est-elle prévue ?
Il va rencontrer les plus hautes autorités algériennes. Le programme est établi et il est classique, il y a des entretiens avec les plus hautes personnalités de l’État.
Le but est de chercher des soutiens pour la campagne présidentielle de 2017…
Vous savez que les Français qui vivent à l’étranger vont pouvoir voter, que ce soit à la primaire ou à l’élection présidentielle, et qu’en Algérie, il y a 35 000 inscrits. Alain Juppé tiendra d’ailleurs une réunion publique à Alger.
Nicolas Sarkozy, président des Républicains et principal concurrent d’Alain Juppé aux primaires de droite, multiplie les déclarations peu avenantes sur l’Algérie. Que vous inspire ce discours ?
Je ne peux pas rentrer dans cette polémique-là. Je suis le responsable des Français de l’étranger dans l’équipe d’Alain Juppé mais je suis aussi le responsable des Républicains pour le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest (la 9e circonscription des Français de l’étranger) où je souhaite être candidat aux élections législatives en 2017. Donc, je ne prends pas position sur cette question. Mais de manière générale, il faut éviter toute polémique inutile.
Vous ne pensez pas que Nicolas Sarkozy tourne le dos à une certaine frange du électorat en France ?
Je ne suis pas dans son équipe donc je ne peux pas juger sa stratégie.
Alain Juppé fait figure de favori pour la primaire de droite, est-ce qu’à travers cette visite, il vise l’électorat franco-algérien en France (près de 1,5 millions de binationaux) ?
Alain Juppé s’adresse à tous les Français, il a eu cette formule d’ « identité heureuse » pour parler de ce qu’il voulait construire pour la France. Une France où les personnes qui ont des origines diverses, une double nationalité, des religions qui peuvent être différentes, trouvent chacune leur place dans la communauté nationale et s’y sentent bien, à partir du moment où chacun respecte les valeurs de la République et les lois. Il s’adresse donc à tout le monde sans distinction.
Après des propos contradictoires, Alain Juppé s’est positionné pour l’extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français, mesure qu’il juge pourtant inutile et symbolique… Finalement, quelle est la position d’Alain Juppé à ce sujet ?
Il a dit que c’était une réforme qui n’était pas utile et que cela constituait un coup politique, de la part de François Hollande, qui divisait les Français à un moment où il fallait plutôt les rassembler. En revanche, quand on lui a posé la question de savoir s’il aurait voté la révision constitutionnelle, qui comprend plusieurs articles et pas seulement celui-là, il a répondu oui.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Zahra Rahmouni

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..